Bilan lectures #2

Bilan lectures #2

Nouveau bilan lecture, le deuxième de l’année. Il était temps, le dernier date du mois de mars ! Un tous les trimestres, ça doit être mon rythme. Comme la dernière fois je vous parle des livres qui m’ont vraiment touché et pas des trucs nuls que j’ai eu envie de jeter par la fenêtre.

Dans la sélection du jour, vous trouverez 4 romans et 2 essais. Dans la plupart des romans que je lis en ce moment, et même pour ceux que j’ai envie de lire, il y a une thématique récurrente : le changement de vie (plus ou moins) radical. Cela fait tout simplement échos à ma propre envie de changement et de mouvement. Ces personnages qui osent tout plaquer, ou qui n’ont pas le choix de recommencer leur vie, m’inspirent et me motivent à évoluer.

Je vous laisse découvrir mes coups de cœur !

Mange, prie, aime, Elizabeth Gilbert

J’ai eu envie de lire Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert après ma lecture de Comme par magie de la même auteure. Elle y fait référence à plusieurs reprises tandis qu’elle explique son processus créatif. J’avais vu le film éponyme au cinéma lors de sa sortie il y a quelques années et il ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. Et pour cause, il est beaucoup (beaucoup beaucoup) moins riche que le roman.

Dans Mange, prie, aime, Elizabeth nous raconte une année de sa vie, l’année de sa reconstruction. L’écriture est fluide et j’ai fini les quelques 500 pages rapidement. Ce n’est pas un roman au style parfait mais j’ai été touchée, particulièrement lors des premiers chapitres lorsque l’auteure revient sur sa dépression et ce mal-être qui la ronge de l’intérieur. On comprend mieux son processus intérieur  et son besoin impérieux de partir pour se retrouver que dans le film.

Le roman est divisé en trois grandes parties. La première concerne son voyage en Italie, où elle se redécouvre et apprend le plaisir, notamment de manger. Autant vous dire que depuis que j’ai lu ce bouquin, je rêve d’aller à Rome déguster des pasta et des gellato. Et tant qu’à faire j’irais bien aussi faire un petit tour à Naples pour manger une pizza. La seconde partie revient sur son voyage en Inde et sa quête spirituel, son envie de se rapprocher de Dieu. Je suis une athée convaincue et assez hermétique à la spiritualité en général, et pourtant ce passage m’a parlé. Je trouve qu’Elizabeth Gilbert arrive à bien retranscrire  les sensations liées à la méditation, qui ne sont pas si faciles à expliquer. Enfin la troisième et dernière partie se déroule à Bali où elle cherche à trouver son équilibre.

Le livre est drôle, notamment grâce aux protagonistes que l’auteure rencontre mais aussi grâce à l’autodérision dont elle sait faire preuve. Je l’ai aussi trouvé très touchant car elle se livre totalement. Je trouve qu’on ressent la sincérité de la démarche dans chaque chapitre. C’est un roman que j’ai adoré, surement parce qu’il correspond à ce dont j’ai besoin en ce moment, ayant le même type d’interrogations qu’elle (la dépression en moins).

Les derniers jours de Rabbit Hayes, Anna McPartlin

J’ai acheté Les derniers jours de Rabbit Hayes sur un coup de tête, parce que je trouvais la couverture jolie (je suis influençable comme ça oui). La quatrième de couverture promettait beaucoup d’émotions et de rire. Et c’est effectivement ce que j’ai trouvé entre ces pages.

On connait la chute de l’histoire dès le départ. Il n’y a pas de surprise de côté là. Il reste 9 jours à vivre à Mia Hayes, affectueusement surnommée Rabbit par ses proches, et on les vit avec elle. Rabbit est en phase terminal d’un cancer et passe ses derniers jours dans une maison de soin spécialisée, entourée par ses proches qui se relaient à ses côtés. Le postulat de départ n’est pas joyeux du tout et d’ailleurs le roman ne l’est pas. Accompagner un proche qui soufre et qui est encore jeune s’apparente à un cauchemar pour beaucoup de gens. Malgré tout, Ann McPartlin arrive à nous faire rire souvent, grâce à l’humour noir de Rabbit et des autres personnages.

L’intrigue alterne entre le présent et les flash-backs de Rabbit, qui se souvient de son amour de jeunesse, johnny, dans son sommeil. Johnny est deuxième personnage principal du roman et le moins que l’on puisse dire c’est que nos deux héros n’ont pas été épargné par la vie.

Les proches de Rabbit sont des personnages attachants, réalistes et terriblement touchants. Tous réagissent différemment à l’annonce de la mort toute proche de Rabbit : il y a le déni des parents face à la maladie et le décès tout proche de leur fille. Ils cherchent à tous prix un traitement expérimental qui pourrait la sauver. Ses frères et sœurs se demandent comment faire pour s’occuper au mieux de Juliette, la fille de Rabbit. Et enfin, il y a Juliette qui prend soin de sa mère depuis l’annonce du cancer et qui attend désespérément qu’on lui annonce la date de retour à la maison de Rabbit.

Malgré son sujet sombre, c’est un roman que j’ai dévoré et qui m’a fait beaucoup de bien. Prévoyez simplement quelques mouchoirs pour accompagner votre lecture si vous avez la larme facile comme moi.

La petite boulangerie du bout du monde, Jenny Colgan

On passe à un roman plus léger avec La petite boulangerie du bout de monde. Ici on suit Polly qui, suite à la faillite de son entreprise et sa séparation, se retrouve à louer un appartement délabré sur une petite île isolée de Cornouailles, contre l’avis de ses proches. Une fois sur place, elle profite de son surplus de temps libre pour s’adonner à sa passion : faire du pain, beaucoup de pain. Ses délices lui permettent d’amadouer certains des habitants de l’île. Au fil de ses rencontres, elle se lie d’amitié avec les pécheurs du port, adopte un petit macareux blessé et tombe sous le charme de l’apiculteur du coin, lui-même expatrié et venant des Etats-Unis. Par la force des choses, Polly est amenée à travailler avec la boulangère en titre de l’île. Commence alors une cohabitation difficile avec cette femme possédant un très fort caractère (euphémisme bonjour !) et franchement désagréable. Polly doit prouver ses compétences de boulangère professionnelle, se créer sa place sur l’île et décider de ce qu’elle souhaite pour son avenir.

Les personnages du roman sont parfois clichés et j’ai vu venir l’histoire d’amour 100 pages à l’avance. Ceci étant, l’auteur se rattrape en approfondissant les histoires personnelles de certains protagonistes. Au fil des pages, on apprend à mieux connaitre la boulangère acariâtre et à la comprendre. Même si je n’ai pas réussi à l’apprécier, j’ai ressenti de l’empathie pour elle. Jenny Colgan nous rappelle également à quel point le métier de pécheur peut être dangereux et de quelle façon la vie insulaire diffère de la vie sur le continent.

C’est un roman qui permet de passer un bon moment et de réfléchir à nos propres aspirations pour notre vie. Je trouve que c’est aussi une sorte de plaidoyer pour vivre autrement, plus lentement en échos aux différents mouvements slow. Le livre se lit facilement et met du baume au cœur. Pile ce dont j’ai besoin actuellement donc. J’ai vu qu’il existe un second tome. Je me le garde pour cet été.

La passe-miroir, tome 3 : la mémoire de Babel, Christelle Dabos

Le troisième tome de la passe-miroir est paru le 1er juin en France. J’ai résisté à peu près trois jours avant de foncer dans une librairie pour l’acheter. J’en attendais beaucoup, vu le niveau des deux premiers tomes, qui m’avaient transportés dans un univers fantastique époustouflant.

J’ai aimé ce 3ème opus, même s’il m’a laissé un peu sur ma faim. On retrouve Ophélie qui part à la recherche de Thorn, disparu depuis bientôt deux ans. Pour cela, elle se rend sur Babel avec l’aide de ses amis du pôle. La-bas, elle va devoir s’adapter à une société très codifiée et intégré une école où la concurrence est rude pour progresser dans ses recherches.

J’ai trouvé la première moitié du roman un peu longue à se mettre en place pour être honnête. Ophélie subie un bizutage en règle en arrivant dans sa nouvelle école et aucun responsable ne semble s’apercevoir de rien. Christelle Dabos a le mérite d’aborder la thématique du bullying même si ça a déjà été traité plus d’une fois ailleurs. Je pense notamment à Eleanor and Park de Rainbow Rowell.

Les personnages secondaires que l’on connaissait dans les deux premiers tomes sont les grands absents de celui-ci. A peine quelques pages leurs sont consacrées et je dois avouer qu’ils m’ont beaucoup manqué, surtout Archibald et Bérenilde que j’adore. En revanche, nous faisons connaissances avec la fille de Bérénilde, la petite Victoire, pendant quelques chapitres. Elle est dotée d’un pouvoir étrange, qui va l’amener à se mettre dans une situation terrifiante à la fin du livre. Les nouvelles rencontres faites par Ophélie à Babel sont assez peu développées, notamment son amitié avec Octavio qui reste superficielle. J’aurai aimé connaitre ses nouveaux personnages un peu mieux. On ressent vraiment toute la solitude d’Ophélie au fil des pages.

Mais venons-en à ce que j’ai le plus apprécié dans ce tome : voir Ophélie grandir. Elle évolue doucement mais surement et devient une femme de plus en plus sure d’elle, qui sait ce qu’elle veut et l’assume. Une des dernières scènes est révélatrice de cela. La deuxième moitié du roman est très riche en rebondissements et révélations sur le monde éclaté et Dieu. Cela donne très envie de connaitre la suite, donc j’achèterais forcément le tome 4. 😉

Finalement ce tome est un entre deux à mon sens : l’auteure met en place tous les pions dont elle aura besoin pour conclure et développe la force de son héroïne. Il y a forcément moins d’action que dans les deux premiers, mais le roman reste très agréable à lire.

Comment éviter de se fâcher avec la Terre entière en devenant parent ? – la paternalité en 9 questions qui divisent, Béatrice Kammerer et Amandine Johais

Même si je n’ai pas d’enfants (et que ce n’est vraiment pas prévu), je suis passionnée par tout ce qui touche à la parentalité et à l’éducation, en particulier l’éduction non violente. J’ai déjà lu plusieurs ouvrages sur le sujet et j’en ai d’autres qui m’attendent sagement dans ma PAL. Quand j’ai vu que Béatrice Kammerer sortait un livre sur le sujet, je me suis empressée d’aller le chercher. Je lis le blog des vendredis intellos depuis un moment et je trouve son travail toujours rigoureux et précis, cherchant avant tout à se baser sur l’état actuel des connaissances scientifiques et non à faire de la propagande pour un camp ou un autre. L’éduction des enfants étant un sujet qui divise (no shit ! comme disent les anglais ^^), je trouve cette approche vraiment salvatrice.

On retrouve cet état d’esprit tout le long des quelques 300 pages du livre. Les auteures veulent avant tout faire un état des lieux des connaissances sur les problématiques qu’elles abordent. Aucune leçon de morale, aucune recette magique pour élever des enfants parfaitement sages et épanouis. Les auteures sont réalistes quant au quotidien des parents, ayant elles-mêmes plusieurs enfants. Elles plaident pour un « evidence-based parenting », une éduction basée des preuves.

Dans Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent ?, elles reviennent notamment sur l’accouchement physiologique (et pourquoi vouloir accoucher chez soit quand on ne présente aucun signe alarmant n’est pas une hérésie), le concept d’enfant-rois, l’âge auquel on est supposé faire des enfants, la pression à avoir des enfants « indépendants » tôt, les nouveaux pères, l’apprentissage par le jeu ou encore l’adolescence (ce fléau)(ou pas).

J’ai trouvé le livre absolument passionnant et l’ai dévoré en une semaine. Bon en même temps si ce n’était pas le cas, je n’en parlerai pas ici nous sommes d’accord. Le langage est soutenu mais accessible à tous. La lecture est facilité par les traits d’humour disséminés ici et là. Il faut simplement se laisser le temps d’assimiler les informations car le contenu est très dense.

En résumé si vous êtes parents, grands-parents, oncles, tantes, parrains ou marraines, nounou, baby-sitter ou si vous vous intéressez un tant soit peu à ce sujet, je vous le conseille chaudement ! Il vous donnera des pistes pour reconsidérer ce que vous pensiez savoir ou pour argumenter vos choix.

Sex and the series, Sexualités féminines, Une révolution télévisuelle, Iris Brey

Le petit dernier de cette revue, Sex and the series, qui comme son nom l’indique, traite de la sexualité des femmes dans les séries américaines et à l’influence que ces scènes télévisuelles ont sur nos mœurs (et inversement).

J’ai vu passer cet essai sur le compte instagram de tout est politique, qui parle régulièrement de féminisme. Le sujet m’a tout de suite interpelé. Le fait que je sois une femme et que j’aime les séries US a du aider un peu !

Iris Bey aborde la sexualité des femmes dans les séries à travers plusieurs problématiques : la façon dont on parle de ladite sexualité sur le petit écran, comment le plaisir des femmes est montré et abordé, comment les violences sexuelles sont mises en scène et enfin les sexualités queer. Certaines choses sont vraiment révélatrices. Par exemple, aux Etats-Unis, il est impossible de dire le mot vagin ou clitoris en prime time sur les chaines nationales, même dans un contexte éducatif. C’est jugé indécent ! Il faut soit inventer des mots, soit juste les taire. Alors que dire 17 fois pénis dans un épisode de 40 minutes ne choque personne…

L’auteure nous montre comment l’évolution de ce que l’on voit à l’écran reflète l’évolution de nos pratiques. Et à contratio, elle nous explique que les séries peuvent choisir soit de perpétuer des stéréotypes soit au contraire, de les exploser et d’aider à rendre certaines pratiques « normales » pour la majorité des gens en nous montrant des personnages ou pratiques différentes. Par exemple en développant des personnages à la sexualité fluide, en mettant en scène des femmes qui s’assument, des personnages transgenre… J’ai été particulièrement intéressée par la partie où Iris Brey aborde les violences faites aux femmes. En fonction de la façon dont les scènes de violence sont traitées, elles peuvent également soit dénoncer les violences et montrer l’impact qu’elles ont sur leurs victimes, ou au contraire ne servir à rien d’autre qu’augmenter l’audimat.

Cet essai est passionnant. Il permet de prendre un peu de recul par rapport à ce que l’on regarde : « quel message nous fait-on passer ? ». Et évidemment, il donne envie de regarder plein de séries différentes. 😉 J’ai d’ailleurs commencer Frankie & Grace, série mettant scène la vie de deux femmes de 70 ans fraichement divorcées.

Y-a-t-il un livre qui vous tente parmi cette sélection ? Et vous, quelles sont vos dernières lectures marquantes ?

Coup de cœur littéraire : L’Espace d’un An de Becky Chambers

Coup de cœur littéraire : L’Espace d’un An de Becky Chambers

Je ne savais pas trop quoi lire. Je venais de terminer ma phase « pirates » et je voulais refaire le monde, encore une fois. En parcourant les étagères de ma librairie favorite, je suis tombé sur ce livre : L’espace d’un An, de Becky Chambers (édition Atalante). Que dis-je : cette merveille ! Mais ça, je ne le savais pas encore… Et j’étais loin de m’y attendre !

Je n’ai jamais été fan des histoires qui se déroulent dans l’espace. Je préfère celles qui sont plus proches du réel. Oui bon, je sais, les zombies c’est pas vraiment réel… Mais c’est parce que vous ne m’avez jamais vu un lundi matin avant mon café, sinon, vous vous trimbaleriez toujours avec une batte de baseball à la ceinture ! Bref, passons. Après avoir fini ma lecture, ce monde-là, ces personnes-là, je ne voulais pas les quitter… Au point que j’ai traîné un peu pour finir les quelques pages qui me restaient. Non pas que ça traînait en longueur, mais je ne voulais vraiment pas que cela se termine.

Espace d'un an

Quatrième de couverture

Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d’autres humains. La pilote, couverte d’écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables ; le médecin et cuistot occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort ; le capitaine humain, pacifiste, aime une alien dont le vaisseau approvisionne les militaires en zone de combat ; l’IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang…
Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an jusqu’à une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes.

Loin de nous offrir un space opera d’action et de batailles rangées, Becky Chambers signe un texte tout en humour et en tendresse subtile. Elle réussit le prodige de nous faire passer en permanence de l’exotisme à la sensation d’une familiarité saisissante.

L’Equipage

Rosemary est nouvelle à bord. Humaine, greffière spécialisée dans les relations inter-espèces, fraîchement sortie de l’école, elle va aider le capitaine à mettre un peu d’ordre dans ses rapports. Elle est novice dans les voyages spatiaux. Elle a grandi sur Mars mais semble vouloir fuir sa planète à tout prix. Nous découvrons avec elle ce vaste et riche univers.

Ashby, le capitaine du Voyageur, humain aussi, est né et a grandi dans l’espace. Lui et son équipage creusent des tunnels dans l’espace (worm hole) pour relier des points éloignés de l’espace.

Sissix est la pilote du Voyageur. Elle est Aandrisk, une espèce qui vit normalement en communauté, mais elle en a décidé autrement.

Kizzy, humaine, est la tech méca. Déjantée, elle est passionnée par ce qu’elle fait, et a soif d’en apprendre toujours plus, de vivre toujours plus.

Elle est cul et chemise avec Jenks, le tech info. Leur relation est celle qui m’a le plus touché. Il a un penchant pour les Intelligences Artificielles.

Docteur Miam est la papa du groupe. C’est un Grum.  Il est médecin et cuisinier (combo magique). Il prend soin des autres comme de ses propres enfants, et bien sûr, surveille leur alimentation.

Corbin, c’est … Corbin. Humain, grincheux by design, il est l’alguiste du groupe (les algues servent de carburant au vaisseau). Son métier en fait un solitaire, toujours dans son labo à surveiller les algues. Il a beaucoup de mal  avec les autres, en particulier avec Sissix, avec qui tout est prétexte à dispute !

Lovelace, Lovey est l’IA du vaisseaux. Elle est très proche de Jenks, et songe a se faire transférer dans un corps. Seul problème : cette opération est illégale au sein de l’union galactique…

Ohan sont le navigateur. Oui, « sont ». Ils sont sianates. Les sianates sont des paires : un individu infecté par un virus, quelques années après sa naissance. Le virus en question leur donne la capacité extraordinaire de comprendre l’univers. Rien que ça. Et cette capacité aide les tunneliers comme le Voyageur à naviguer pendant les opérations de perçage.

Nos héros sont envoyés en mission dans un espace lointain par l’UG pour percer un tunnel vers le territoire d’un peuple, avec qui ils viennent de signer un traité. Mais voilà, un voyage d’un an les sépare de leur destination finale. Cela nous donne le temps, comme Rosemary, de découvrir plus en détails ses nouveaux collègues et amis.

Espace d'un an 2

Mon avis sur le livre : une leçon de tolérance

Comme je le disais, je ne suis généralement pas fan de science-fiction. La raison principale pour ça, est que j’ai énormément de mal à lire des noms d’objets sans être capable de tout de suite me représenter à quoi ça ressemble et à quoi ça sert. Je me rappelle avoir commencé la saga Hyperion de Dan Simmons … J’ai voulu jeter le livre sous le métro tellement ça me donnait des mots de tête ! (Bon, je l’ai pas fait, parce que c’était sur ma liseuse … mais vous saisissez l’intention). Alors que dans L’Espace d’un An, c’est simple, limpide, pas besoin d’avoir fait math sup. On peut avoir bu un peu trop de mik, ou fumé du smash qu’on comprendait encore ! … … … Simple j’vous dis !

Cet univers n’est pas très éloigné du notre. Le capital le régit, sous couvert de politique (l’Union Galactique ou UG). Il faut travailler pour gagner sa vie. Les démarcations entre les classes sociales se font bien sentir. On y trouve beaucoup d’espèce « intells » différentes : Exodiens (humains), Aandriskes, Harmagiens, Rosks, Aéluons, Grums (espèce non-UG) (… et bien d’autres encore), chacune avec leurs spécificités physiques, leur culture, leur langage, leur religion, leur guerre… rien de bien différent qu’ici-bas finalement :-). Et dans cet espace infini, de plus en plus proche grâce aux technologies de transports améliorées, et de perçage interstratique (trop la classe !), se trouve notre équipage. Etoiles, j’ai de la nostalgie rien que de penser à eux ! J’ai adoré ces personnages. Chacun d’entre eux, même le plus antipathique. Leur histoire, leur être, leur façon d’appréhender l’autre… C’est une vraie famille dont on a envie de faire partie.

Une ambiance chaleureuse émane de ce groupe. Et ce n’est pas toujours évident, quand on se retrouve dans un espace confiné pendant une longue durée, avec des gens d’une autre culture que la sienne. D’une autre espèce même ! Avec des odeurs différentes ! … Et cette chaleur, cet amour, cette tolérance, qui nous rend attentif aux besoins d’autrui … Ça m’a réconforté. Dans une société favorisant toujours plus l’individualité, la performance, et toutes ces conneries, lire ces lignes m’a sincèrement fait du bien, et m’a aussi montré que j’avais beaucoup à apprendre.

À titre d’exemple, je ne comprenais pas pourquoi, en lisant des articles féministes, les autrices employaient des formes neutres pour désigner quelqu’un : illes, é-e-s à la fin des participes, etc. Je n’arrivais pas à saisir l’importance de la chose. Et puis, dans ce livre, j’ai lu la forme « Iel« , pour désigner une personne, dont le genre n’est pas connu en avance. Normal, quand on rencontre une espèce dont le genre ne peut pas être identifié facilement. Encore plus que un individu change de sexe en cours de route. Et là, c’était l’évidence même. Tout était clair. Dans ce monde comme dans le mien.

L’humain, cette jeune espèce

Je ne suis pas fan de l’espèce humaine. Surtout nous occidentaux. Nous sommes désespérés pour tout ce qui peut nous rendre la vie plus facile, pour pouvoir faire plus de chose, remplir notre emploi du temps, remplir notre maison d’objets, essayer d’y trouver notre self-estime que notre façon de vivre détruit dès le plus jeune âge. Et pour aller plus vite, on arrête de penser, on s’empresse de ranger les choses dans des cases, et surtout, on arrête de se remettre en cause. Le problème, c’est l’autre ! Ce n’est pas nous ! Ça ne peut pas être nous, sinon ça voudrait dire qu’il faudrait nous réparer nous-même. Et ça, c’est dur, et ça prend du temps. Nan, c’est plus simple si ça vient de l’autre. Nous, on ne peut pas se tromper. On détient la vérité…. Sauf que non. Nous détenons seulement notre vérité. Un ensemble d’idées cohérentes, qui n’est valable que pour nous, et elle s’arrête lors de la rencontre avec l’autre. C’est à nous de faire l’effort d’accueillir l’autre, ce qu’il est, et ce qu’il pense (et surtout, pourquoi il le pense), pour qu’on puisse vivre un peu mieux tous ensemble.

Lire ce livre m’a fait penser qu’on a encore beaucoup à faire, en tant qu’espèce, avant de pouvoir se prétendre évolué. Et je suis heureux de voir que de plus en plus, les gens se lèvent se révoltent, s’indignent des injustices qui leur sont faites à eux, mais aussi aux autres aussi. Il reste beaucoup à faire, oui, mais nous sommes en bon chemin. Du moins j’aime le croire.