Roatrip en Écosse #1 : Édimbourg

Pour ce premier article de blog, je vous emmène avec nous pour la première partie de notre voyage en Écosse !

C’est assez long et il y a beaucoup de photos. Faites-vous un thé, prenez un gâteau et installez-vous confortablement.

Après quelques heures de voyage, nous arrivons finalement à Édimbourg. Depuis l’aéroport, il y a des bus bien pratiques, des « City Link » qui mènent directement au centre-ville. Ensuite, un peu de marche et nous arrivons chez John à qui nous avions loué une chambre via Airbnb. L’appartement était situé dans la vieille ville et à 15 minutes de l’hyper centre, parfait pour nous qui aimons tout faire à pieds.

Le temps de déposer nos valises et nous voilà partis pour escalader Arthur’s Seat, un ancien volcan qui permet d’avoir un superbe point de vue sur la capitale. Il y avait un superbe soleil en partant… et pourtant, arrivés en haut c’est grêle et pluie qui nous accueillent. Une météo de bienvenue écossaise en somme !

DSC_0010.jpg

Le lendemain, après un superbe petit déjeuner écossais chez Henderson’s, la visite de la ville à proprement parlé peut commencer.

20160503_102142
Petit déjeuner écossais en version végétarienne avec haggis et saucisses végés!

Nous avons fait une promenade proposée par le guide Lonely Planet pour découvrir le Royal Mile et ses closes. Le Royal Mile doit son nom au fait qu’il relie le château d’Édimbourg à Holyroodhouse, résidence officielle de a famille royale. Les closes sont de petites ruelles perpendiculaires au Royal Mile et permettent, entre autre, d’aller rapidement d’un endroit à un autre.

La rue principale déborde de boutiques souvenirs en tout genre (whisky shops, vente de tartans aux couleurs flash ou de pulls en laines classiques…). Les façades d’immeubles intéresseront sans doute plus les amateurs d’architectures.

DSC_0037

Juste avant le cimetière Greyfriars, on croise une statue d’un skye terrier, Bobby, qui est la mascotte du coin. En effet, celui-ci est venu garder la tombe de son ancien maître tous les jours pendant 14 ans. Il a finalement été enterré auprès de lui et son collier et son écuelle sont conservés au musée d’Édimbourg.

DSC_0087

Le cimetière en lui-même est très beau. J’adore l’ambiance de ce type de lieu. Construit en 1560, le cimetière est en fait une gigantesque fosse puisque plusieurs centaines de milliers de personnes y sont enterrées. Il a aussi la réputation du cimetière le plus hanté du monde avec notamment le fantôme de George Mackenzie, surnommé MacKenzie Poltergeist!

DSC_0085

L’après-midi, nous sommes allés  visiter « The real Mary King’s close », situé en dessous des « City Chambers » qui permet de découvrir comment vivaient les habitants d’Édimbourg aux XVIIe et XVIIIe siècles. On est emmené par un guide en costume pour la visite de plusieurs maisons d’époques quasi intactes. On apprend entre autres choses que les gens pouvaient vivre jusqu’à 16 dans une maison plus petite que mon salon, que les jardins princiers furent un jour un loch (recouvert d’excréments), comment étaient soignés  différents types de peste (on reste dans le glamour !) et comment la vie s’organisait dans les closes. Ce fut une de mes visites préférées à Édimbourg.

Après ça, direction Clarindas Tearoom, un salon de thé vivement recommandé par Instagram pour le déjeuner/ goûter. J’y ai mangé le meilleur carrot cake du monde. N’ayons pas peur des mots !

DSC_0103
Le carrot cake parfait!

Fin de l’après-midi avec une balade en haut de Calton Hill, une petite colline qui abrite un observatoire et quelques monuments dont un bout de Parthénon inachevé. Y monter permet d’avoir une vue panoramique sur la ville et la mer.

DSC_0127

Le soir, malgré nos courbatures et la fatigue, nous sommes ressortis pour un « double dead tour » animé par un guide de City of the dead qui nous prévient : nous allons avec lui à nos risques et périls. En effet, il y aurait eu 450 attaques documentées au cours des visites et d’anciens participants seraient repartis avec des ecchymoses, des brûlures… Au programme : visite des voutes souterraines d’Édimbourg et de la tombe de Mackenzie, histoires de fantômes, anecdotes historiques sur la vie au sein des voutes, sur le commerce clandestin de corps pour les étudiants en médecine ou encore sur la prison des Covenanters attenante au cimetière. Frissons presque garantis ! 😉

Le deuxième jour, nous avons consacré notre matinée à la visite du château d’Édimbourg.

DSC_0165

DSC_0196

Beaucoup d’armures, de bijoux royaux, de canons, de prisons et une curiosité: un cimetière pour les chiens des soldats.

DSC_0213

20160504_114149

Et l’après-midi, nous avons été jusqu’aux jardins botaniques royaux. Depuis le centre, ça fait une trotte mais ça vaut vraiment l’effort, les jardins sont magnifiques !On y retrouve entre autre une grande collection de rhododendrons, des jardins thématiques avec un pavillon Chinois par exemple. Plusieurs panneaux permettent également de sensibiliser les visiteurs aux espèces en danger comme les « monkey puzzle trees ».

DSC_0232

DSC_0256

Le soir, après une bonne sieste, nous sommes allés diner chez David Bann que je vous recommande vivement. A priori l’un des meilleurs restaurants de la ville, il a aussi le mérite d’être entièrement végétarien et de proposer plein de plats véganes. On s’est régalés !

Le lendemain, nous partions en voiture pour le reste du voyage. A suivre…

Une réflexion au sujet de « Roatrip en Écosse #1 : Édimbourg »

Laisser un commentaire