Un long weekend à Quiberon

Un long weekend à Quiberon

Me revoilà avec un nouveau billet découverte des jolis endroits autour de chez moi ! Je vous parlais en début d’année de notre volonté de mieux connaître la France avant de continuer à voyager à l’étranger, et surtout de découvrir notre nouvelle région. Avec cette idée en tête, nos pas nous ont menés sur la presqu’île de Quiberon au début du mois de mars.

C’est une amie qui nous a conseillé d’aller là-bas. Quiberon est bien connu pour sa Thalasso thérapie (que nous n’avons pas testée) (c’était complètement hors budget^^) et son littoral sauvage, qui offre de superbes panoramas. Apparemment, en été, l’endroit est surpeuplé, c’est la rançon du succès ! Comme nous y étions à la fin de l’hiver, on a pu profiter de la côte sauvage tranquillement, avec très peu de monde sur les sentiers. Par contre, on a dû composer avec la pluie et le vent. Mais en même temps, Quiberon, c’est en Bretagne donc on n’a pas vraiment le droit de se plaindre de la pluie ! 😉 Pour l’anecdote, comme il commençait à pleuvoir à la fin de notre première balade, nous sommes rentrés en stop. C’était la toute première fois que je faisais ça, j’ai eu l’impression d’être une grande aventurière !

Durant trois jours, on s’est promené à pieds le long de la côte. On a dû marcher une quarantaine de kilomètres, tranquillement. On a principalement profité du sud et de l’ouest de la presqu’île : depuis la pointe du Conguel jusqu’au port de Portivy. On a également fait un petit tour du côté de saint-Pierre de Quiberon pour aller voir les alignements de dolmens à Kerbourgnec, mais franchement, ce n’est pas exceptionnel. La côte sauvage reste le point fort de Quiberon pour les amoureux de nature. C’est aussi un bon spot pour les surfeurs mais on n’en a pas croisé cette fois-ci. Les paysages nous ont beaucoup fait penser à l’Irlande : beaucoup de vert et un littoral très découpé. Au printemps, la ressemblance doit être encore plus frappante, quand le sol est recouvert de petites fleurs roses typiques de la Bretagne et de la côte Irlandaise.

L’autre point fort de ce weekend en amoureux : les crêpes. Là c’est clairement ma gourmandise qui s’exprime ! Je vous donne la bonne adresse de crêperie où nous avons dîné : ça s’appelle La crep’, c’est dans le centre même de Quiberon et c’est délicieux ! Les galettes sont faites maisons, hyper bien garnies et remplies de produits locaux. Si vous êtes dans le coin, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Je vous laisse maintenant avec les photos de ce superbe weekend.

D’abord la balade depuis la grande plage de Quiberon jusqu’à la pointe du Conguel

long weekend à Quiberon

long weekend à Quiberon

long weekend à Quiberon long weekend à Quiberonlong weekend à Quiberon

 

Puis plusieurs marches le long de la côte sauvage

long weekend à Quiberon

long weekend à Quiberon long weekend à Quiberon long weekend à Quiberonlong weekend à Quiberonlong weekend à Quiberon long weekend à Quiberon long weekend à Quiberonlong weekend à Quiberonlong weekend à Quiberon

long weekend à Quiberon

Et puis le soir venu, quand la lumière décline…

long weekend à Quiberon long weekend à Quiberon long weekend à Quiberon

 

Vous connaissez Quiberon ? Vous aimez ?

4 balades et randonnées à faire autour d’Annecy

4 balades et randonnées à faire autour d’Annecy

Quatre balades et randonnées à faire autour d’Annecy

Il y a quelque temps je vous parlais de notre séjour à Annecy et je vous montrais les photos de la ville et du lac. Durant cette semaine en Haute-Savoie, nous avons fait quelques balades et randonnée autour d’Annecy. Aujourd’hui je vous en présente quatre qui nous ont beaucoup plus et qui valent le détour. Il y a une promenade familiale aux gorges du Fier, deux randonnées accessibles au plus grand nombre et puis, il y a la randonnée de la tournette qui demande d’être un petit peu plus sportif quand même.

Balade découverte et baignade aux Gorges du Fier

Informations pratiques :

  • 5,70€ par adulte
  • Pensez à vérifier les horaires d’ouverture

La balade aux Gorges du Fier est la balade familiale par excellence. Nous, on y a été une après-midi où nous étions très fatigués, rapport au fait qu’on avait fait le tour du lac en VTT le matin. Le lieu est joli, mais bondé de monde. Préférez le matin pour vous y rendre si vous avez le choix.

La balade dure environ 1h30 aller-retour. On peut admirer l’étroit canyon où le Fier en marchant le long de la passerelle, construite 25 m au-dessus du cours d’eau. Certains rochers ont des formes particulières et il y a plusieurs panneaux qui expliquent le processus de formation des curiosités naturelles comme les marmites de géants.

Après la visite, nous sommes allés un peu en aval du cours d’eau pour nous baigner et profiter du soleil de la fin de journée. Plusieurs personnes en profitaient pour plonger du haut des rochers. Elles ont toute mon admiration. Je suis beaucoup trop froussarde pour faire ça pour le moment. Sauter depuis le bord m’ayant déjà demandé tout mon courage !

Sommet du mont Sulens

Informations pratiques :

  • Départ au col de Plan Bois à 1299 m d’altitude, à côté de l’auberge de Plan Bois
  • 7 km
  • 640 m D+
  • 3h de marche environ

La montée est facile et demande moins d’1h30 d’efforts en prenant son temps. Le chemin est large, sans difficultés particulières. Si vous avez des enfants, c’est la balade parfaite.

Il est possible de faire une randonnée plus courte, de 5 km, en prenant le même chemin à l’allée et au retour. Avec Jo, nous avons préféré faire une boucle en continuant le long de la crête jusqu’au sommet nord, puis en descendant par le versant Est. On a ainsi profité d’un peu calme ; la plupart des gens faisant demi-tour arrivé à la table d’orientation au sommet. Peu après la croix de Sulens, se trouve un chemin étroit et très sinueux, dit le sentier du Curé, qui permet de descendre en une seule fois les 550 m montés précédemment. Arrivé en bas, on passe une assemblée de cairns et des panneaux indiquent la direction du col de Plan Bois. On s’est donc repéré très facilement et on est revenu à notre point de départ sans encombre. Quand on connait notre propension à nous perdre partout, on sait que ça tient du miracle. 😉

Cette marche offre de superbes points de vue sur toute la chaîne des Aravis. On a d’ailleurs pu admirer la montagne de la Tournette, que l’on a affrontée plus tard dans la semaine. On a aussi pris un peu la pluie, marché dans les nuages qui allaient et venaient au somment. C’est impressionnant de voir arriver de grosses masses blanches et soudain ne plus rien voir à 20 m devant soi. Une très jolie randonnée pour se mettre en jambes en début de semaine.

La tournette, par le refuge du Rosairy

Informations pratiques :

  • Départ 3 km après la ville de Thônes, tout au bout de la route de la Tournette
  • 12 km
  • 1281 m D+
  • 6 – 7h de marche
  • Sommet à 2351 m

L’ascension de la tournette, c’était un peu la cerise sur le gâteau de nos vacances à la montagne. C’est LA randonnée à faire quand on va là-bas. Celle qui offre une vue inoubliable sur le lac d’Annecy et ses alentours quand le ciel est dégagé. Manque de bol, nous, on a terminé la tête dans les nuages. C’est un peu humide mais ça donne un autre charme vous me direz. La montée nous a tout de même offert des paysages magnifiques.

Monter jusqu’au sommet nous a demandé environ 3h30 d’efforts pour quasiment 1300 m de dénivelé positif. Le sentier est très bien balisé tout du long. Après environ 1h30, on arrive au refuge du Rosairy, ce qui permet de faire une petite pause. Puis on repart pour encore 2h de grimpette. A la fin, je sentais mes fessiers et mes ischios comme jamais. 😉

Arrivée presqu’en haut, j’ai eu la surprise de découvrir le « fauteuil », sorte d’énorme rocher culminant à 2351 m et constituant le sommet de la Tournette. Pour y accéder, il faut monter des échelles et faire un peu d’escalade. Y aller n’est évidemment pas obligatoire, mais quitte à être allé jusque-là, autant aller au bout. N’écoutant que mon courage, j’ai donc bravé ma peur des échelles pour grimper jusqu’en haut (et j’ai tremblé tout du long) (rien que d’y repenser j’ai des frissons). Certains marcheurs prenaient leur déjeuné la haut. Personnellement je suis redescendue rapidement. Déjà parce qu’il faisait super froid : 12 °C au sommet contre 30 °C au départ. Prévoyez une polaire ! Ensuite parce que rester sur un rocher peu large pendant longtemps en haut d’une montagne me semble relativement contre nature !

Nous avons donc pique-niqué un peu plus bas, juste avant de nous faire attaquer par une horde de chèvre à la recherche de sel. L’une d’entre elles à lécher l’intégralité de mes jambes. Deux fois. Au moins. C’était… étrange ! Par la suite, nous avons eu la chance de croiser le chemin de plusieurs bouquetins. Ils ont visiblement l’habitude des humains et on a pu s’approcher assez près pour les photographier.

La descente nous a demandé 3h, principalement parce que mes genoux ne sont pas du tout habitués à ce type d’efforts et ont protesté vigoureusement après les 600 m premier mètre de descente. Les 600 m suivant ont été longs… Je n’avais plus de genoux arrivée en bas. Et le lendemain, j’ai eu de très jolies courbatures aux mollets. Ceci dit, si vous avez l’habitude de marcher, que le dénivelé ne vous fait pas peur, je vous conseille grandement cette randonnée. Les paysages sont sublimes. Et avec un peu de chance, vous aurez du soleil et profiterez de la vue sur le lac que nous n’avons pas eu. Nous c’était vu sur le brouillard ! 😉

La traversée de la petite Rochette

Informations pratiques :

  • Départ au parking du col de la Forclaz
  • 9 km
  • 560 D+
  • 4h de marche environ
  • Sommet à 1555 m

Après la déception de l’ascension de la Tournette, je voulais absolument trouver une randonnée offrant une vue plongeante sur le lac d’Annecy et que ce soit sûr à 100%. Sans risque de « trop de nuages arrivé en haut », « désolé revenez plus tard ». Pour la dernière marche de la semaine, on a donc opté pour la traversée de la Petite Rochette : une randonnée d’une dizaine de kilomètre avec peu de dénivelé pour reposer nos pauvres mollets endoloris suite à la marche de la veille.

Au départ, ça grimpe sec jusqu’à arriver à la piste de décollage des parapentistes. De là, le sentier est très bien balisé et reste assez tranquille. Sauf à la fin, où ça monte à nouveau. On profite de paysages de montagnes, de passages par-dessus un ruisseau sur des troncs qui donnent l’impression d’avoir 7 ans à nouveau, de chemins en sous-bois ou au milieu des estives et donc des troupeaux de vaches. Une très jolie randonnée tranquille, à faire en famille ou entre amis.

En plus c’était une randonnée particulière puisqu’on avait rendez-vous avec Nathalie et David pour la première fois, que l’on a connu via Instagram. Une super rencontre dans la vraie vie, tout en naturel et qui s’est soldée par une part de tarte à la myrtille et des bières en terrasse avec une vue magnifique ! La belle vie quoi !

Ces idées de randonnées vous ont-elles plu ? Vous en avez déjà fait certaines ?

Une semaine à Annecy : entre lac et montagnes

Une semaine à Annecy : entre lac et montagnes

En juillet dernier, Jo et moi sommes allés passer une semaine en Haute-Savoie, à Annecy plus précisément. On avait très envie de montagnes depuis un moment alors on s’est décidé à partir sur un coup de tête autour du 14 juillet. On a réservé une chambre chez un particulier sur airBnB, mis nos sacs dans le coffre, les vélos sur la voiture et on a pris la route. J’adore airBnB. ca permet de voyage pour vraiment peu cher et de rencontrer des locaux. Les hôtes sont généralement de bons conseils sur les endroits à aller voir, les restos où manger., ce genre de choses. Cette fois-ci notre hôtesse nous a conseillé une application météo pour smartphone bien pratique pour estimer l’évolution du climat en montagne au cours de la journée. Toujours utile pour savoir si oui ou non, on doit commencer à paniquer  en voyant une grosse masse de nuages noirs en face (du vécu XD). Au programme de cette semaine : plein de randonnées, du trail, une belle rencontre, du VTT et de jolies courbatures dans les jambes ! On en a pris plein les yeux pendant une semaine.

Je pense qu’en 6 jours sur place, on appréhende à peine les possibilités offerte par la région. Une amie m’avait dit avant qu’on y aille : « ça fait 28 ans que j’explore le coin et je n’ai toujours pas fait toutes les randonnées dans les montagnes environnantes ». Alors en 6 jours…

Le premier jour à Annecy, nous sommes sorti courir le matin pour notre run dominical traditionnel. Sauf que cette fois-ci, on a couru un petit trail au Chaos du Chéran : 6 km et 390 m de dénivelé positif. Ça a piqué un peu dans les jambes, coureurs de plat que nous sommes ! On a ensuite consacré l’après-midi à l’exploration de la ville. On s’est promené dans le centre historique, très connu pour ses façades colorées, ses canaux et… ses touristes. Si vous n’aimez pas la foule, évitez d’y aller dans la journée. Je suppose que tôt le matin, les rues doivent être plus calmes mais le matin je dormais. 😉 Il y avait beaucoup de monde tout le temps quand on y était, ce qui ne nous a pas empêchés d’apprécier la visite. On a simplement marché au hasard des ruelles, pris plein de photos et admiré (parfois un peu perplexe) les œuvres d’art disséminées un peu partout dans la ville.

Un peu plus tard dans la semaine, on a enfourché nos VTT pour faire le tour du lac à vélo : 43 km et 300 m D+. Cette randonnée VTT vaut franchement le coup. Le parcours est agréable. A part une petite portion sur route, on roule sur une piste cyclable tout le temps. En prenant son temps et en prévoyant un pique-nique, elle est accessible au plus grand nombre. Même si j’avoue, il y a quelques montées qui font (un peu) mal aux mollets. Ceci dit, on les oublie rapidement ces côtes. Parce qu’évidemment, les points de vue et les paysages que l’on découvre pendant la balade sont sublimes. Nous, on a choisi de couper le parcours en deux et de manger un bout sur une plage public. Un pique-nique avec vue très sympa.

En parlant de choses sympa à faire, quasiment tous les soirs en rentrant, on est allé profiter des plages qui sont réparties tout autour du lac. Une bonne façon de se détendre après une journée de marche. On bouquine au soleil, allongé sur l’herbe et on fait un plouf dans l’eau fraîche de temps en temps !

Je vous laisse avec les photos de la ville et du lac. La prochaine fois, je vous raconte les superbes promenades et randonnées qu’on a fait là-bas.

Annecy

Annecy

 

Annecy

AnnecyAnnecyAnnecyAnnecyAnnecyAnnecy

Annecy

Annecy

Annecy

AnnecyAnnecy Annecy Annecy Annecy

Vous connaissez Annecy ? Vous aimez ?