Irlande #6 : Découverte de la région du Burren et d’Inishmore

Irlande #6 : Découverte de la région du Burren et d’Inishmore

Randonnée dans le parc national du Burren

Pour le 8ème jour de notre roadtrip en Irlande, nous avons visité la région du Burren, trop rapidement à notre goût malheureusement. Nous étions en effet pressés par le temps car nous devions prendre le ferry à Rossaveel pour rejoindre l’île d’Inishmore à 18h30. On s’est donc levé de bonne heure, pour profiter au maximum du coin. Mais peut-être pas encore suffisamment tôt.

A partir de Doolin, nous avons longé la route côtière jusqu’à Black Head puis bifurqué pour rejoindre l’intérieur des terres. Les paysages sont radicalement différents de ce qu’on a vu jusqu’à présent. Des grandes étendues verdoyantes, on passe à un paysage désertique et rocailleux, presque lunaire. La région du Burren est en réalité un immense plateau karstique de 300 km². Evidemment, on s’arrête le long du chemin pour se promener un peu et prendre quelques images. Seules quelques fleurs font de la résistance et arrivent à percer entre les rochers. Je pensais qu’on pourrait marcher au niveau du phare de Black Head et en fait non. Il n’y a aucun  espace pour se garer. La déception ! Si vous êtes bons marcheurs et que vous avez plus temps dans la région, la randonnée qui passe par le phare a l’air super chouette à faire ! C’est une boucle d’environ 26 km, nous on a du passé notre tour cette fois-ci.

burren burren burren burren

Après cette petite balade en voiture le long de la côte, nous sommes allés jusqu’au Dolmen de Poulnabrone. On ne l’aura vu que de loin. On est arrivé, on s’est garé et on est reparti aussi vite. Trop de monde sur le site et aucune envie de revivre l’expérience des falaises de Moher. Moralité : si vous voulez voir le dolmen tranquillement, allez-y hyper tôt, vers 6h du matin ou, au contraire, très très tard au coucher du soleil.

Comme nous rêvions de retrouver un peu de tranquillité, on s’est directement rendu au parc national du Burren. Objectif : aller marcher sur un des chemins de randonnées proposés. Toutes les randonnées proposées partent du même endroit. Il n’en fallait pas plus pour qu’on se perde, doués comme nous sommes. Nous voulions faire « la trace bleue » soit 7,5 km. Finalement nous avons fait le chemin de découverte blanc PUIS le loopwalk bleu. xD On ne va pas se plaindre, les deux offrent des points de vue différents sur le lac en contrebas (ou l’art de voir le positif dans chaque chose).

burren

Le guide annonçait 3 h pour 7,5 km et 150 m de dénivelé positif. Ça nous paraissait long pour une courte distance et peu de dénivelé. Finalement, il nous a bien fallu ce temps là pour monter en haut de Mullaghmore et en redescendre. En cause : le terrain caillouteux, avec des trous partout et traître pour les chevilles. Il faut être vigilant à chaque pas, surtout si on a les chevilles fragiles (comme moi quoi !). On marche donc lentement tout le  temps.

Les paysages sont très beaux et étranges. Il y a des curiosités géologiques partout, des panneaux explicatifs parfois. Il faut avouer que des collines en forme de spirale, on n’en voit pas tous les jours. On trouve également des tas de fossiles d’algues et de coraux parmi les pierres par terre. Le plateau du Burren étant en fait un ancien fond marin ! On eu l’endroit quasiment pour nous tous seuls ! Seuls quelques rares randonneurs ont croisé notre chemin ce jour là. J’ai adoré cette balade, qui m’a fait un bien fou. Je vous la recommande donc chaudement !

Randonnée dans le Burren, Irlande

Randonnée dans le Burren, IrlandeRandonnée dans le Burren, Irlande Randonnée dans le Burren, Irlande

Vers 15h30, on s’est finalement décidé à quitter la quiétude du parc naturel pour nous diriger vers Rossaveal afin de prendre notre Ferry pour Inishmore. La route fut longue, très longue. Il faut compter au moins 2h de route, sans les bouchons, dont 1h pour faire les 45 km qui séparent Galway et Rossaveal. La vitesse est limitée à 50 km/h tout le long ! J’ai eu l’impression qu’on n’arriverait jamais.

On est finalement arrivé à destination 30 minutes avant l’embarquement : le temps de payer le parking pour les prochaines 24h, de rejoindre le quai et on montait à bord. Une heure plus tard, nous débarquions sur Inishmore. Petit problème du soir : nous n’avions pas vu à la réservation que notre B&B se trouvait à 4 km du port. Or à 19h30, les boutiques de locations de vélo sont fermées. Impossible d’en louer un. Seule option : la navette (payante) pour amener nos affaires au B&B, puis revenir manger dans le seul pub ouvert du centre et rentrer à pieds le soir. J’avoue qu’on était déjà plus très frais en débarquant. Alors après avoir mangé et marcher nos 4 kms pour rejoindre le B&B pour la nuit, on était carrément explosés. L’avantage c’est qu’on a pu faire des câlins à des chevaux sur le chemin et admirer le coucher de soleil sur l’océan.

Ferry Inishmore

Découverte d’Inishmore : balade à vélo, pneu crevé et un site vraiment difficile à trouver !

L’île d’Inishmore est grande, enfin surtout longue. Il est donc impossible de tout voir en une petite journée, il faut faire des choix. Pour circuler sur place, il y a plusieurs possibilités : les minibus pour touristes qui proposent des circuits (au secours), la marche et le vélo. Nous avons opté pour le vélo, plus pratique et rapide pour relier les différents sites qui nous intéressaient.

Le matin au réveil, nous avons assisté aux premiers pas d’un veau tout juste né, en direct depuis notre fenêtre. C’était la surprise et la séquence émotion du jour ! Il lui fallut une bonne demi-heure pour arriver à se tenir sur ces 4 pattes et avancer à peu près droit. Après ce joli moment, nous nous sommes régalés d’un petit déjeuner maison très copieux puis nous avons récupéré nos vélos. Notre hôte nous en avait fait livrer directement au B&B, le top. Grâce à elle, nous avons également eu deux entrées gratuites pour le fort Dun Aengus, site historique le plus connu de l’île que nous souhaitions visiter. Sur ces bons conseils, nous avons pédalé tout droit pour profiter du fort avant midi, en faisant des pauses photos quand même, on ne se refait pas. Il nous a fallu environ 1h de vélo avant d’arriver sur le site. Sur place, nous étions quasiment tous seuls et nous avons pu profiter des paysages pleinement. Jo a juste failli défaillir en me voyant m’approcher près du bord des falaises pour faire des photos. C’est qu’il y avait du vent ! Nous sommes repartis quasiment à midi pile, et on a compris pourquoi il faut visiter le fort le matin ou tard le soir : en bas, au moins 4 minibus remplis de touristes venaient d’arriver. (Oui je fais une fixette sur les touristes)(dont je fais parti je sais)(ne cherchez pas la cohérence).

fort Dun Aengus

fort Dun Aengus

fort Dun Aengus

fort Dun Aengus

Nous sommes ensuite remontés en selle, pour partir à la recherche du second site qui nous faisait de l’œil : le worm hole, une piscine naturelle creusée dans la roche dont le niveau varie en fonction des marrées. Dire qu’on a eu du mal à le trouver serait un euphémisme. On a beaucoup (beaucoup) tourné en rond, repassant plusieurs fois aux mêmes endroits sans jamais voir le début d’une indication d’un commencement de chemin pour y aller. Je vous avous que je commençais à fatiguer et que ma patience fondait comme neige au soleil. Dans les voyages, il y a toujours une journée où on est fatigué et on en a un peu marre. Pour nous, c’était cette journée là, enfin… Cette après-midi là plus précisément. Au bout d’un lonnnng moment, j’ai fini par apercevoir une petite marque rouge sur un muret, et je me suis souvenue d’avoir lu quelque part que les habitants avaient marqué le chemin à la peinture. Et victoire ! C’était bien le début du sentier !

Nous avons garés nos vélos sur un muret de pierres (il y en a absolument partout sur l’île), puis rejoint le whorm hole à pieds. L’endroit est impressionnant. Il parait que des concours de plongeons sont organisés dans la piscine naturelle, pour les grands sportifs. Personnellement, vu la force des courants à l’intérieur, je ne m’y risquerais pas ! En repartant, nous avons eu la chance d’apercevoir des phoques, ce qui a achevé de me rendre ma bonne humeur !

Après cette balade, il nous restait juste le temps de retourner au port pour prendre notre ferry de retour. Manque de bol, le pneu avant de Jo a crevé alors qu’il nous restait la moitié du chemin à faire. Il a donc roulé 10 km en étant assis sur le porte-bagages, en ponctuant chaque montée de beaucoup d’injures. Un grand moment. Pour sa peine, le loueur de vélo lui a rendu 5€ en lui conseillant d’aller de payer un coup à boire pour se consoler. Avant d’embarquer sur le bateau, nous avions encore un peu de temps, on en a donc profité pour manger un morceau dans un pub à 15h55. Je m’en souviens bien car la cuisine fermait à 16h ; nous sommes arrivés in extremis ! ^^. Jo a pris une Guinness pour se remettre de ses émotions et je me souviens vaguement de salade avec de beaux fromages de chèvres rôtis et de la confiture de cramberries.

Inishmore worm hole

 Inishmore worm holeInishmore worm holeInishmore worm hole

Inishmore worm hole Inishmore worm hole

Inishmore worm hole

Le trajet du retour a été calme. On dormi pendant 1 h dans le ferry, épuisés comme on l’était. Ensuite nous allions jusqu’à Clifden pour y passer la nuit, mais ça c’est déjà le Connemara et ça sera l’objet du prochain article sur notre roadtrip en Irlande !

Pour retrouver les épisodes précédents, c’est par ici :

 

Vous aimez les paysages rocailleux et désertiques ? Je suis curieuse de connaître vos anecdotes de voyage un peu « loose ». Partagez-les avec nous en commentaires !