Premier instameet & visite du château de Goulaine

Premier instameet & visite du château de Goulaine

Dimanche dernier, j’ai participé à mon premier instameet : événement organisé par igersnantes et regroupant une trentaine d’instagrameurs Nantais. Etant arrivée récemment dans la région, je m’étais dit que ce serait un bon moyen de rencontrer des personnes ayant au moins deux points en commun avec moi, habiter à Nantes et aimer prendre des photos. C’était aussi très sympa de mettre un visage sur un pseudo et plutôt rigolo d’en voir certain-e-s à l’œuvre pour photographier, notamment en s’allongeant par terre… On reconnait les « vrais » photographes. 😉 Pour l’occasion, nous étions presque tous venu avec nos couronnes. Il faut bien se fondre dans le décor ! Cette première expérience fut une vraie réussite et j’ai hâte de participer au prochain événement !

Pour cette première rencontre de 2018, nous avions rendez-vous au château de Goulaine, situé à quelques kilomètres au sud-est de Nantes. Pour s’y rendre, il faut compter une demi-heure de voiture ou bien une petite heure de vélo pour les plus sportifs (et quand la météo s’y prête). Au programme nous avions une visite guidée du château rien que pour nous, un superbe brunch offert par Oh my brunch dans le musée LU et pour finir, nous avons improvisé une petite balade digestive à la butte de la Roche pour profiter du soleil et de la vue sur les marais de Goulaine.

Nous avons eu la chance d’avoir une guide vraiment passionnée, hyper joyeuse et qui vivait ses histoires ! Elle avait même une épée en bois, c’est vous dire !  Cela a rendu la visite vraiment intéressante et dynamique avec juste ce qu’il faut d’anecdotes pour maintenir notre attention mais pas trop pour éviter de se noyer dans les informations. Au cours de la matinée, on avance graduellement dans le temps, depuis les seigneurs du 16ème siècle jusqu’aux châtelains qui habitent aujourd’hui le château. Nous avons ainsi visité les anciennes cuisines, la salle de réception remplie de magnifiques tapisseries, un cabinet de curiosités rempli de vraies curiosités (mention spéciale pour la double tête de veau), des salons très colorés et la chambre du roi à la décoration dite intemporelle (je reste assez sceptique sur le côté intemporelle de la chose tout de même !).

On a seulement aperçu les jardins depuis les fenêtres du château ; avec les marais de Goulaine en toile de fond. Je pense qu’au printemps, ils doivent être vraiment beaux lorsqu’ils sont fleuris et que les arbres retrouvent leur feuillage.

Ensuite, nous avons profité d’un très bon brunch servi dans le musée LU et pu discuter un peu pour apprendre à mieux nous connaitre. L’occasion pour les petits nouveaux, dont je faisais partie, de se familiariser avec toutes les têtes présentes ! On s’est régalé de mini burgers, de mini cônes remplis de purée patate douce, de brochettes de curé nantais et abricots secs… J’ai aussi pu goûter pour la première fois au gâteau nantais. Verdict : beaucoup trop sucré pour moi. Mon palais n’est plus habitué à tant de sucre d’un coup. ^^ Ceci dit, tout le reste était vraiment délicieux ! Après tout ça, nous avons improvisé une petite marche digestive jusqu’à la butte de la Roche pour profiter du panorama sur la région. Notre guide l’avait évoquée pendant la visite, ce qui nous a donné envie de pousser jusqu’à là-bas.

Je suis vraiment ravie de ce premier instameet, qui m’aura permis de visiter un très beau château et de rencontrer des personnes de la région. Le prochain aura lieu le jeudi 15 Mars au château des Ducs de Bretagne, en nocturne. J’ai déjà bloqué la date !

Mais trêve de bavardage, je vous laisse avec les quelques images de cette jolie matinée !

château de Goulainechâteau de Goulainechâteau de Goulaine château de Goulaine

château de Goulainechâteau de Goulainechâteau de Goulaine

château de Goulaine

château de Goulainechâteau de Goulaine

château de Goulaine

château de Goulaine

château de Goulaine

Vous avez déjà participé à ce type d’événement ? Ou simplement rencontré « dans la vraie vie » des gens connus grâce à instagram ou un autre réseau social ?

Baked porridge façon carrot cake

Baked porridge façon carrot cake

Depuis quelques temps je suis devenue adeptes des porridges cuits au four. La préparation prend moins de 5 minutes et après ça cuit tout seul. Ça me permet de préparer un petit déjeuner ultra gourmand et sains pour plusieurs jours en une seule fois. J’utilise toujours la même base, tirée d’une recette de Céline du blog les mots ailés (que je vous conseille très fort). J’avais fait sa version aux figues cet automne. C’est juste bon à se rouler par terre (oui j’ai le sens de la mesure n’est-ce-pas ?). A refaire dès que ce sera de nouveau la saison des figues !

Ici j’utilise des flocons d’avoine au lieu des flocons de sarrasin parce que c’est ce que j’ai dans mon placard, tout simplement. La recette peut être sans gluten si on utilise des flocons d’avoine garantis sans gluten. L’ajout de flocons de pois chiches permet en sus d’obtenir un petit déjeuner riche en protéines végétales et donc très rassasiant. Idéal pour tenir toute la matinée sans mourir de faim à 10h30 ! Effet validé par une amie à moi qui fut surprise par le côté roboratif de ce porridge. 😉

Ici, je vous livre ma version du baked porridge façon carrot cake, tout simplement parce que j’adore le carrot cake. Je me suis dit qu’en retrouver les saveurs dès le matin, ce serait top. Et j’avais bien raison.

Baked porridge façon carrot cakeBaked porridge façon carrot cake

Baked porridge façon carrot cake

Pour 3 à 4 parts

Ingrédient

  • 60 g de flocons d’avoine (sans gluten si nécessaire)
  • 40 g de flocons de pois chiches
  • 300 mL de lait végétal (ici soja vanille)
  • 1 CS de graines de lin brunes moules + 3 CS d’eau chaude (ou 1 œuf bio de plein air)
  • 1 à 3 CS de sucrant selon votre goût
  • 2 cc rase de cannelle
  • 1/2 cc rase de cardamome
  • 1/2 cc rase de gingembre
  • 1 belle pincée de muscade
  • 1 pincée de sel (optionnel – rôle d’exhausteur de goût)
  • 2 ou 3 tours de poivre du moulin
  • 1 belle carotte
  • 25 g de raisins secs
  • 1 belle poignée d’oléagineux mélangés (ici : noix de Grenoble, noisettes & amandes)
  • 30 g de chocolat noir 70%

 

Préparation

  • Mélangez les graines de lin moulues avec les 2 CS d’eau chaude. Réservez 5 minutes.
  • Mélangez les flocons, le lait végétal, les raisins secs, les épices et le sucrant de votre choix dans un grand saladier. Ajoutez ensuite la carotte préalablement râpée, puis l’œuf de lin.
  • Versez dans un plat allant au four.
  • Concassez les oléagineux et répartissez les à la surface du porridge.
  • Enfournez pour 40 minutes à 180°C.
  • A la sortie du four, déposez quelques morceaux de chocolat noir à 70%. Laissez fondre puis étalez le à l’aide d’une spatule.
  • Il n’y a plus qu’à laisser refroidir et à déguster le lendemain matin, par exemple à un thé chai.

Baked porridge façon carrot cake

 

Bon appétit !

Muffins aux amandes, pommes & épices

Muffins aux amandes, pommes & épices

Encore une recette de douceurs, pour mettre en valeur les pommes qui sont parfaitement de saison. Ici les pommes sont combinées à de la poudre d’amandes et à des épices pour nous réchauffer. En automne et en hiver, je met de la cannelle partout. Je suis tout simplement amoureuse de cette saveur. Comme d’habitude, ils sont très peu sucrés. Si besoin, n’hésitez donc pas à augmentez la dose de sucrant. Ces muffins seront parfaits avec un thé noir ou un bon chocolat chaud bien épais.

C’est bientôt l’heure du goûter ?

Muffins aux amandes, pommes & épicesMuffins aux amandes, pommes & épices

Muffins aux amandes, pommes & épices

Pour 6 gros muffins

Ingrédients

  • 120 g de farine T80
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 40 g de sucre complet
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 2 cc d’épices à pain d’épices
  • 1 cc de cannelle
  • 1 petite pincée de sel
  • 40 g d’huile de tournesol (ou 30 g de purée d’amandes)
  • 150 mL de lait végétal
  • 1 CS de vinaigre de cidre
  • 1 petite pomme

 

Préparation

  • Commencez par mélanger tous les ingrédients secs dans un grand saladier, puis creusez un puits au centre.
  • Versez le lait végétal, l’huile de tournesol, le vinaigre de cidre et mélangez bien. Coupez la pomme en morceaux et ajoutez la à la préparation précédente.
  • Répartissez la pâte dans 6 moules à muffins.
  • Enfournez à 180°C pendant 30 minutes. Laissez refroidir avant de démouler, puis dégustez.

Bon appétit !

Balade hivernale à Préfailles

Balade hivernale à Préfailles

Balade hivernale à Préfailles

Cet article inaugure une nouvelle catégorie sur le blog « Nantes et sa région ». Il y aura sans doute beaucoup d’articles à mettre dedans cette année. Nous avons en effet décidé de mettre de côté pour un temps les voyages lointains et leur corollaire, les déplacements en avion et leur impact environnemental désastreux. Pour le moment, nous allons plutôt nous concentrer sur toutes les merveilles accessibles à quelques kilomètres de chez nous seulement.

Après plus d’un mois sans sortir de la ville, nous avions un besoin viscéral de retrouver la nature. Nous ne sommes clairement pas des citadins dans l’âme et la forêt de Montargis me manque. Ceci étant, l’avantage d’avoir emménager ici il y a peu, c’est que tout reste à découvrir. J’ai ainsi une très longue liste de randonnées à faire et de coins natures à explorer les weekends, beaucoup suffisamment proches de Nantes pour pouvoir faire l’aller-retour sur la journée. N’écoutant que notre courage, nous avons  donc décidé d’affronter le froid, la grisaille et le petit crachin pour aller nous promener du côté de Préfailles dimanche dernier.  On a vraiment bien fait, cette promenade nous a fait le plus grand bien à tous les deux. Nous sommes rentrés frigorifiés (surtout moi)(et surtout mes doigts), mais heureux.

Comme les grands esprits se rencontrent, une amie nous avait proposé dans la semaine d’aller sur la côte pour une sortie « marche & photo ». Pour la marche, j’avais repéré le circuit de la pointe Saint-Gildas, qui forme une petite boucle d’environ 7 km. Normalement, le tour se fait en moins de 2h. Nous, ça nous a pris 4h pour revenir à la voiture. Forcément quand on s’arrête tous les 5 m pour prendre une photo, on met un peu plus de temps. C’est aussi ça qui fait le charme de ce genre de balade. 😉

On a pris le temps de boire un thé bien chaud sur la plage et de manger des gâteaux. Très important le goûter, à ne surtout pas négliger ! Quand on part en balade l’hiver, on emmène toujours un grand thermos de thé avec nous, souvent du thé chaï d’ailleurs. On se félicite à chaque fois de pouvoir se réchauffer facilement en cours de promenade quand le vent glacial s’engouffre dans les vêtements.

Je vous laisse avec les quelques photos prises là-bas.

balade à préfailles

balade à préfailles

balade à préfailles

balade à préfailles

Balade à Préfailles

balade à préfaillesbalade à préfaillesbalade à préfailles balade à préfailles

Balade à Préfaillesbalade à préfailles

balade à préfailles

 

Point bonus pour ce bac écolo mis en place à côté d’une des plages :

balade à préfailles

 

Vous aimez les balades hivernales ? Vous connaissez Préfailles ?

Petits pots de crème chocolat noisettes

Petits pots de crème chocolat noisettes

Pour la première recette de 2018 sur le blog, on fait simple. Pas qu’on ait jamais fait compliqué par ici de toutes façons. Bref, aujourd’hui je vous propose des petits pots de crème chocolat noisettes, prêts en deux coups de cuiller à pot (ha ha)(blagounette)(vous connaissez maintenant mon style d’humour^^).  Ces petites crèmes sont naturellement sans gluten et végétalienne. Elles seront parfaites en dessert ou au goûté accompagnées d’un fruit de saison. Je les fais régulièrement en déclinant la base et en modifiant les parfums. Je suis tombée accro grâce à Leonine, dont j’ai déjà parlé plusieurs fois sur le blog.

Les quantités de cacao et de sucre sont à ajuster selon vos goûts. Ici on aime les desserts très forts en cacao et peu sucré.

crème chocolat noisettes végétalienne

Petits pots de crème chocolat noisettes

Pour 5 pots gourmands

Ingrédients

  • 500 mL de lait de soja vanille (ou d’un autre lait végétal)
  • 30 g d’arrow root (ou de fécule de pomme de terre)
  • 2 à 4 CS de sucre complet
  • 1 à 2 CS de cacao non sucré
  • 1/2 cc d’agar-agar
  • 1 pincée de sel
  • 2 grosses CS de purée de noisettes

 

Préparation

  • Mélangez tous les ingrédients sauf la purée de noisettes dans une casserole.
  • Portez à ébullition pendant, puis laissez bouillir pendant 2 minutes sans jamais cesser de remuer.
  • Ajoutez la purée de noisettes à la préparation hors du feu.
  • Versez dans 5 petits pots et réfrigérer pendant au moins 2h avant de déguster.

 

Variante sans agar-agar:

L’agar-agar permet d’alléger la préparation. Toutefois si vous n’en avez pas, vous pouvez l’omettre. Dans ce cas, mettez 50 g de fécule au lieu des 30 g indiqués et faites épaissir la préparation doucement sur le feu jusqu’à ce que la texture vous convienne, un peu comme pour une béchamel.

crème chocolat noisettes végétalienne

 

 

Bon appétit !

2017 c’était…

2017 c’était…

Ça y est, 2017 est finie. C’est l’heure de faire un petit bilan par ici. C’est un exercice que j’aime bien. Il me permet de faire le point sur ce que j’ai réalisé dans l’année et de voir si je me rapproche, ou au contraire, si je m’éloigne de mes objectifs de vie. C’est également l’occasion de réfléchir à ce que je souhaiterais pour l’année qui vient et de commencer à mettre certaines choses en place. Alors 2017 c’était…

…beaucoup de changements

La première partie de l’année s’est déroulée plutôt tranquillement, dans le train train quotidien. Les six premiers mois ont tout de même été ponctués de plusieurs voyages très chouettes, dont je vous parle un peu plus bas. La deuxième moitié de 2017, en revanche, aura été marquée par de grands changements pour Jo et moi. Après 5 ans passés dans le Loiret, nous avons décidé de déménager et de changer de région, plus ou moins sur un coup de tête. On y pensait depuis longtemps sans jamais oser sauter le pas. Et finalement on s’est lancé : Jo n’en pouvait plus des transports interminables chaque jour pour aller au boulot et moi je dépérissais dans un job qui ne me convenait plus du tout. Après discussion sur la question du futur lieu de vie, nous avons opté pour la belle ville de Nantes, en croisant les doigts puisque nous n’y avions jamais mis les pieds avant de nous y installer ! Pour le moment, on est plutôt très satisfaits de notre choix. La ville est très jolie, relativement propre (pour une ville j’entends), lumineuse, à taille humaine. Je peux aller quasiment partout à pieds, et ça, c’est le bonheur. L’océan est à seulement 50 minutes de l’appartement. Il y a des choses à voir et à faire partout et même un marché de Noël anti-consommation avec des stands qui proposent des produits zéro-déchets et/ou locaux. J’ai une très longue liste des choses que je veux découvrir dans la région, on ne risque pas de s’ennuyer.

Maintenant que je suis ici, je vais m’attaquer à un nouveau projet de grande envergure : ma reconversion professionnelle. Je souhaite à terme travailler dans le développement durable ou l’économie circulaire. Il parait que Nantes est l’endroit idéal pour ça. En tous cas, c’est ce qu’on me répète partout.

IMG_20171207_182641_596
Bilan 2017
Nantes
IMG_20171201_160448_107

En parlant de développement durable, tout au long de l’année, on a réfléchit à comment réduire nos déchets un peu plus. On progresse même si c’est loin d’être parfait. Ceci dit, le déménagement a clairement marqué un retour en arrière sur ce sujet puisque l’on a dû dire au revoir à notre composte. Pour le moment, pas de solution de remplacement en vue et notre poubelle a considérablement augmenté de volume. En revanche, nous sommes très contents de nous pour ce qui est de l’ameublement de l’appartement. On a réussi à trouver tout ce qui nous manquait d’occasion. Entre le bon coin, Emmaüs et faisant preuve d’un peu de patience, on a pu dégoter un beau dressing, des tables, des chaises en bois et même un déshumidificateur. L’appartement en lui-même est très bien situé, agréable à vivre et plus petit que notre ancienne maison. On a « perdu » 35 m² de surface habitable tout même. C’est un pas de plus vers un mode de vie plus durable et plus en accord avec nos valeurs.  Pour ce qui est du minimalisme, le déménagement a aidé et on a dû réduire encore plus nos possessions. Le rangement des affaires de cuisine a été plutôt drôle. La nouvelle cuisine étant un box minuscule, il a fallu éliminer le surplus de vaisselle. Ceci dit, ma bête noire reste clairement les livres mais je ne suis pas sûre d’avoir envie de me soigner ! 😉 L’année prochaine, j’envisage de consigner ce que j’achète pour mieux me rendre compte de ma consommation.

…de nombreux voyages

bilan 2017

Côté voyages & escapades, en 2017, on s’est vraiment régalé. Ça a commencé par un long weekend à Londres en mars, pour aller voir la pièce de théâtre Harry Potter & the cursed Child. Ça valait vraiment le déplacement , ce fut 6h de bonheur. On n’a pas vu le temps passé pendant la représentation. On a aussi profité d’être la-bas pour découvrir Camden town et les environs du quartier. Il y a une jolie balade à faire entre Little Venice et Camden.

Puis au mois de mai, nous avons fait un superbe roadtrip d’une dizaine de jours le long de la côte ouest de l’Irlande. Nous sommes parti de Cork, puis avons longé la Wild Atlantic Way jusqu’au Connemara, en passant entre autres par la sublime péninsule de Beara et celle, plus connue, de Dingle. Les paysages nous ont totalement conquis, et en plus, les Irlandais sont très accueillants et chaleureux. Bon le climat l’est moins, chaleureux. Je ne me souviens pas d’un seul jour de voyage sans vent ! On vous raconte le voyage en détails dans une série d’articles sur le blog. L’Irlande est un pays où l’on souhaite retourner un jour, notamment pour découvrir le nord du Pays et l’intérieur des terres, qui ont l’air sublimes.

En Juin, j’ai retrouvé une amie chère pour quelques jours à La Rochelle, ville que je ne connaissais pas du tout. J’ai pu découvrir le fameux aquarium qui est aussi un centre de soin pour les tortues marines blessées, le vieux port, les glaces sur le vieux port (important les glaces !) et bien d’autres choses. J’en garde un très doux souvenir. Ces quelques jours à deux sont en train de devenir une tradition annuelle que j’aime beaucoup.

En juillet, nous sommes partis en amoureux crapahuter une semaine en Haute-Savoie autour d’Annecy : 6 jours de randonnées en montagne, de vélo autour du lac et de baignade dans le lac sus-mentionné. Le tout saupoudré de fromage fumé et de tome de Savoie, avec un magnifique feu d’artifice pour le 14 juillet à la fin.

Annecy

bilan 2017

Et pour finir, en août, nous avons réussi à nos octroyer une semaine au bout l’île d’Oléron. On en a profité pour manger des glaces (oui encore, j’aime beaucoup les glaces voilà tout), faire des kilomètres à vélo sur les pistes cyclables de l’île, découvrir la réserve ornithologique, faire la sieste au soleil & monter en haut du phare de Chassiron.

Au milieu de tout ça, il y aura eu les weekend entre amis à Lille, les jours avec ma cousine et ma grand-mère, les bons moments partagés en famille.

bilan 2017
IMG-20170903-WA0000
bilan 2017

…de belles rencontres

2017 fut aussi marquée par de belles rencontres grâce à Instagram : d’abord Nathalie et David en juillet avec qui on a été randonner autour d’Annecy. Et puis Ocilia et Thomas en septembre, qui m’ont accueillie chez eux quand je cherchais un logement à Nantes, alors qu’on ne s’était jamais vu en vrai. La gentillesse incarnée. Plus tard, il y a eu aussi Gaëlle et Laurence, deux belles rencontres nantaises autour d’un thé et de gâteaux. Les réseaux sociaux, on en dit beaucoup de mal partout mais je pense que c’est comme beaucoup de chose, ils ne sont que des outils. À nous d’en faire quelque chose d’humain et généreux. Si vous me lisez, je vous fais des bisous les filles !

IMG_20171217_163057_100

…de la culture

J’ai lu 64 livres cette année. Un joli score pour moi. Parmi tous ces ouvrages, je compte quelques gros coups de cœur, que j’ai offert à tour de bras à Noël. Il y a entre autre, Et Soudain la liberté dont je vous parlais dans un billet récemment ou le restaurant de l’amour retrouvé, lu au tout début d’année mais qui me reste toujours en mémoire 12 mois après.

En emménageant à Nantes, Jo et moi avons aussi redécouvert le plaisir d’aller au cinéma, chose qu’on ne faisait plus du tout depuis des années. On en a profité pour prendre des pass illimités et depuis, c’est la fête, on ne nous arrête plus. XD On y va tout le temps ou presque. Cette année, j’ai été particulièrement marquée par 120 battements par minutes et Au revoir là-haut ; deux films français qui m’ont touchée profondément et qui resteront mes grands chouchous de l’année.

…du sport

Sportivement parlant, ce fut une année en demi-teinte. D’abord une belle réussite avec ma première course nature officielle au mois d’août entre copains. En septembre j’aurai du participer au 10km Paris centre mais j’ai été contrainte d’annuler suite à une blessure. Le surentraînement c’est mal les enfants, qu’on se le dise ! À vouloir trop en faire, j’ai récolté une belle élongation du fascia-lata qui m’a arrêtée quasiment deux mois. J’ai finalement repris doucement en Novembre et décidé de prendre un vrai coach pour me guider vers mes prochains défis et éviter de retomber dans mes travers. En 2018, j’ai plusieurs courses dans le viseur dont une en particulier, la short race d’Annecy : 15 km et 910 m de dénivelé positif tout de même. Objectif : la terminer en un seul morceau et m’amuser sur le parcours. J’ai acheté le dossard alors je ne peux plus reculer ! \o/

bilan 2017

…et du blogging aussi !

En 2017, on a commencé à bloguer « pour de vrai » et à publier plus régulièrement. D’après wordrpress, il y a eu 87 articles de publiés, 152 commentaires et un peu plus de 52000 vues au cours de l’année écoulée. Nous avons même été gratifiés d’une Une sur Hellocoton avec notre article découverte de la belle ville d’Annecy. J’ai évidemment fait une capture d’écran pour l’envoyer à tous ceux à même de comprendre que c’était le début de la gloire et de la fortune pour nous. Comment ça non ? Ne brisez pas mes rêves Oh !

Simple mis’o vert reste un tout petit blog, mais on l’aime beaucoup. C’est notre espace d’expression, de créativité et de partage à nous. Le rythme des publications est très irrégulier et ça sera probablement toujours le cas en 2018. Il y a notamment eu une grosse pause de plus d’un mois en novembre lorsque l’on a déménagé.  On préfère écrire lorsque l’inspiration est là, et garder l’envie de partager.

J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cette année ainsi qu’à photographier mes recettes toutes simples et familiales. Je sens que j’ai encore une grande marge de progression en photo. Et tant mieux d’un côté, je vais pouvoir continuer d’apprendre.

La ligne éditoriale du blog reste floue. On pourrait dire qu’il n’y en a pas vraiment une en fait. On parle de tout ce qui nous intéresse dans la vie : cuisine, lecture, voyage, mode de vie éthique, minimalisme. On espère que ça vous plait. Les articles qui remportent le plus de succès sont ceux sur le minimalisme et un Noël plus éthique. Etonnamment le dhal de lentilles aux épinards est recherché tous les jours aussi. L’année prochaine, j’aimerais prendre le temps de développer plus de sujets de fonds.

On a m’a dit à plusieurs reprises que notre travail était accessible et sentait la sincérité à plein nez. Rien ne pourrait nous faire plus plaisir comme compliments, c’est exactement ce que l’on essaie de faire : être les plus sincères possibles dans nos publications.

Voilà pour ce long bilan de l’année écoulée. 2017 est passé à une vitesse folle, surtout la fin. Décembre est arrivé très vite alors que nous, on avait l’impression d’être encore au tout début de l’automne. 2018 s’annonce riche également. J’espère réussir à trouver ma voie, où en tous cas, « une » voie possible professionnellement parlant. On se retrouve bientôt pour de bons petits plats et de nouveaux articles !

Bonne année à tous et à toutes !

Bilan lectures #4

Bilan lectures #4

bilan lecture 4

On se retrouve pour le dernier bilan lecture de l’année. Je vous présente 4 livres que j’ai lu depuis septembre et que j’ai adoré : trois romans contemporains et un classique. Je vous laisse les découvrir.

 

Et soudain, la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent

Et soudain la liberté

Ce roman, c’est chouchou qui me l’a offert. Et soudain, la liberté fait parti des livres parus pour la rentrée littéraire de 2017. Jo en avait entendu parler sur instagram. Ayant compris qu’il s’agissait d’un roman historique parlant, entre autre, de féminisme, il s’est dit que ça me plairait. Et il a eu raison.

Ce livre m’a énormément touché, pour plein de raisons différentes. D’abord la plume des auteurs. Au lieu d’une histoire, il y en a deux. Caroline Laurent a en effet choisi de terminer le roman d’Evelyne Pisier après que celle-ci ait été emportée par la maladie. Elle a donc fait sien le matériau sur lequel elles avaient travaillé toutes deux au cours des mois précédents pour livrer un roman mêlant leurs deux histoires. Le tout est extrêmement touchant, souvent émouvant et appelant à la réflexion également. On ressent toute la tendresse qu’avait Caroline pour son auteure et amie.

Evelyne Pisier souhaitait raconter l’histoire de sa mère et la sienne, de façon romancée. Au fil des pages, on découvre donc le parcours d’émancipation des deux femmes. On voit leur libération : par exemple le passage du permis de conduire ou la lecture du deuxième sexe de Beauvoir pour la mère ; l’engagement politique profond pour la fille. Je ne veux pas trop en dire. Cela gâcherait votre lecture, si d’aventure vous vous décidiez à la lire (ce que je vous conseille très vivement)(je l’offre à plusieurs personnes à Noël cette année ^^).

Le roman parle féminisme, libération, avortement, politique, colonisation, homophobie, sida, amour, amitié… De la vie quoi. Tellement de sujets différents abordés avec beaucoup d’humanité. Leurs deux héroïnes sont fascinantes. Je me suis souvent demandé comment c’était possible d’avoir vécu tant de choses à elles deux seulement. Les mots de Caroline Laurent sont justes, émouvants, prenants. J’ai dévoré ce roman en 2 jours, tout en souhaitant le faire durer, ne pas le finir déjà.

Et soudain, la liberté est mon immense coup de cœur littéraire de la rentrée, et même de l’année.

 

Neverland, Timothée De Fombelle

Neverland

J’ai découvert Timothée de Fombelle par Tobie Lolness, sage en 2 tomes plaidant pour la protection de notre environnement. J’ai ensuite lu Victoria rêve et le livre de perle de cet auteur. A chaque fois, sa plume est poétique et me touche droit au cœur. Quand j’ai vu qu’il avait écrit son premier roman pour adulte, je n’ai pas hésité une seconde. Je l’ai attrapé et je suis rentrée chez moi pour le lire.

Neverland, c’est la quête de l’auteur pour son enfance. Pour la retrouver, il remonte ses souvenirs, nous raconte certains de ces moments où il a senti avoir passé la barrière, plus jeune. Cette lecture a fait remonter mes propres souvenirs d’enfances. Forcément, à l’évocation de trésors de grenier, je me suis revu en train de fouiller dans les vieilles armoires et valises de mes grands-parents. Je me suis souvenu des haricots verts ramassés tous les étés chez ma grand-mère en Bretagne, des crêpes beurrées sur la plage avec mes parents, des livres dévorés partout, des jeux avec mon petit frère et de tant d’autres choses.

Ce roman est une bulle de douceur, qui se lit comme on déguste un bonbon ou du chocolat. Une invitation à se rappeler son enfance et à toujours écouter l’enfant qui est –et reste- en nous. Une phrase m’a marquée : « on fait semblant d’être grand, et dans le meilleur des cas je crois, on fera semblant toute sa vie ». C’est ce que je ressens depuis pas mal d’année. A me demander, mais en vrai, quand est-ce qu’on est vraiment adulte ? Pour de vrai ? Si quelqu’un a la réponse…

 

Jane Eyre, Charlotte Brontë

Jane eyre

En automne, j’aime prendre le temps de lire un « classique » de la littérature. Cette année je me suis lancée dans la lecture de Jane Eyre, le premier roman de Charlotte Brontë, publié pour la première fois en 1847. Je trouve que l’ambiance de ce type de roman colle parfaitement avec la saison : baisse des températures et envie de douceur. J’ai bien fait, c’est un très bon roman. C’est un joli pavé de plus 500 pages et pourtant,  je n’ai pas vu le temps passer en le lisant.

Le roman raconte la vie de Jane Eyre qui, malgré ses handicaps de départ, arrive à trouver sa place et l’amour dans la société rigide de l’Angleterre victorienne. En effet Jane Eyre est orpheline, pauvre et pas très jolie. D’ailleurs, sa « non-beauté » est rappelée régulièrement tout au long du livre ; c’est vraiment quelque chose de très négatif pour une femme de cette époque. Même enfant, ça lui est reproché ! Autant dire que ce n’était pas gagné pour elle au départ.

Le roman commence très fort par une scène d’une grande injustice et cela a suffi à m’accrocher. Facile, vu que je ne supporte pas l’injustice. Je me suis immédiatement prise d’affection pour la petite Jane et en parallèle, j’ai viscéralement détesté certains de ses proches. Il est facile de s’identifier à Jane. On comprend aisément son besoin d’affection mais aussi de reconnaissance, son énervement face aux injustices subies par elle-même ou par les autres, ses aspirations mais aussi ses peurs. Page après page, on a envie de découvrir ce qu’il va arriver à notre héroïne. Le roman est ainsi riche en rebondissements et alterne les phases riches en péripéties, et celles, plus calmes où Jane a l’occasion de s’épanouir.

Certains pourraient dire que Jane Eyre raconte une histoire d’amour comme tant d’autres (les mauvaises langues !), puisque le sujet occupe une grande partie du livre. Je pense cependant que cela serait très réducteur. Le livre parle avant tout de Jane, une femme battante, passionnée, ouverte d’esprit pour son époque, qui refuse toute forme de soumission, qui rejette l’injustice et souhaite vivre en accord avec ses principes. Elle refuse ainsi à plusieurs reprises un bonheur factice pour suivre son propre chemin.

De plus l’auteure utilise son personnage pour dénoncer certaines situations avec ironie ou avec sérieux. Je pense à la magnifique tirade de Jane sur l’égalité des hommes et des femmes en début de roman ou à la façon dont le (mauvais) traitement des domestiques est dénoncé, entre autres sujets.

Charlotte Brontë a su crée un personnage féminin fort et riche, comme j’aime en découvrir. En bref, Jane Eyre est un roman que je vous conseille vivement.

 

Une apparition, Sophie Fontanel

Une apparition sophie Fontanel

J’ai découvert Une apparition grâce à Instagram et le roman m’a tout de suite intrigué. Une apparition c’est le carnet de bord de Sophie Fontanel, qui suite à une rencontre inattendu, décide d’arrêter de se teindre les cheveux et d’attendre qu’ils repoussent naturellement. Dans son roman, elle nous raconte l’année de transition qu’elle a vécue pour passer de ses cheveux bruns teints à sa belle chevelure nacrée. Une fresque capillaire en somme.

Le sujet est très simple et pourrait sembler futile. En réalité, il n’en est rien. La mode et les critères de beauté sont des sujets de société importants, et donc sérieux puisqu’ils nous impactent au quotidien. J’irai jusqu’à dire qu’ils sont politiques. Là c’est mon côté féministe qui s’exprime. Nous sommes sans cesse jugés sur notre apparence. A notre époque, où tout le monde ou presque a peur de vieillir, on se doit de vouloir paraitre jeune et donc de gommer toute trace du passage du temps. Accepter ses cheveux blancs demande de passer outre le regard des gens, de faire fi de la pression environnante, de s’affranchir des diktats de beauté et d’accepter qui l’on est vraiment. D’ailleurs, au fil du livre, l’auteure nous livre certains commentaires qui lui ont été adressés. Beaucoup de femmes aimeraient « faire comme elle » mais n’osent pas, n’assument pas face aux autres. C’est dire si la pression pour cacher les cheveux blancs est importante.

On lui demande également très souvent ce qu’en pense la gente masculine, ce qui m’a beaucoup agacée ! Même si c’est toujours sympa de continuer de plaire aux autres, les femmes ne vivent pas pour et par le regard des hommes, merci bien !

Quand elle s’interroge sur ses motivations, Sophie Fontanel dit finalement qu’elle fait ça pour être libre. Arrêter les teintures, ce n’est pas une renonciation à quelque chose, pas plus qu’un geste pour accepter son âge. C’est simplement un pas de plus vers la liberté et de joie de vivre.

L’écriture est fluide, percutante. J’ai été happée dès les premières lignes. L’auteure est pleine d’humour et d’autodérision. La lecture du livre fut un vrai plaisir. A vrai dire, j’ai dû me forcer à ne pas le terminer trop rapidement.

Ce je retiendrais du livre : oser, oser être soit et être libre. Et aussi cette jolie phrase « ça ne fait pas vieux, ça fait vivant ».

Un de ces livres vous fait-il envie ? Ou les avez vous déjà lu ?

 

Crumble forestier aux champignons et châtaignes {sans gluten}

Crumble forestier aux champignons et châtaignes {sans gluten}

Une nouvelle recette ici ?! Mais oui vous ne rêvez pas ! Je reviens pour vous partager cette recette de saison très simple et parfaitement de saison. Cet automne, j’ai une passion pour les champignons. J’en colle partout. Après des années à ne pas aimer ça, c’est assez étrange. J’ai fait ce crumble forestier  aux champignons et châtaignes cette semaine et il est vraiment très bon.  Pour tout vous dire, il sera au menu du 25 décembre dans ma famille, servi avec une généreuse salade verte et un bon vin rouge pour les amateurs. Un morceaux de bûche maison en dessert, un bon thé noir aux épices et je serais au paradis.

Ce crumble est naturellement sans gluten ; il est donc parfait pour les ventres sensibles et les intolérants. Il est également riche en protéines grâce aux champignons, au parmesan, au tofu fumé et à la farine de sarrasin. Une version végétalienne de la recette est tout à fait possible. Il suffira de remplacer le beurre par de la margarine végétale (sans huile de palme, c’est mieux) et d’utiliser un parmesan végétal.

Crumble forestier aux champignons et châtaignes

Crumble forestier aux champignons et châtaignes

Crumble forestier aux champignons et châtaignes

Pour 2 personnes en plat unique (ou 4 en entrée)

Ingrédients

  • 80 g de farine de sarrasin
  • 40 g de beurre demi-sel
  • 40 g de parmesan râpé
  • 400 g de champignons de Paris frais
  • 150 g de châtaignes cuites à l’étouffée
  • 125 g de tofu fumé
  • 1 pomme de terre moyenne cuite à la vapeur
  • 2 échalotes
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cc de thym séché
  • 2 CS de tamari (ou de sauce soja)
  • 1 cc d’huile d’olive
  • Sel, poivre du moulin

Préparation

  • Pelez et émincez les échalotes, puis écrasez les gousses d’ail. Lavez les champignons et émincez-les finement également. Concassez les châtaignes et découpez pomme de terre et tofu en tous petits dés.
  • Faites chauffer 1 cc d’huile d’olive dans une sauteuse. Faites suer les échalotes quelques instants avant d’ajouter les gousses d’ail écrasées. Remuez pendant une trentaine de secondes puis ajoutez ensuite les champignons, le tofu fumé, le thym, les châtaignes concassées et la pomme de terre découpée en petit dès. Faites cuir pendant une dizaine de minutes sur un feu moyen en remuant régulièrement. Assaisonnez avec 2 CS de tamari et quelques tours de moulin à poivre. Quand les champignons sont bien fondant, transvasez la préparation dans des moules individuels allant au four.
  • Préparez la pâte à crumble en mélangeant la farine de sarrasin, le parmesan et le beurre demi-sel du bout des doigts. La pâte doit être friable.
  • Parsemez les légumes de crumble puis enfournez pour 25 minutes à 180°C.
  • Servez bien chaud avec une belle salade verte.

Crumble forestier aux champignons et châtaignes

Bon appétit !

4 balades et randonnées à faire autour d’Annecy

4 balades et randonnées à faire autour d’Annecy

Quatre balades et randonnées à faire autour d’Annecy

Il y a quelque temps je vous parlais de notre séjour à Annecy et je vous montrais les photos de la ville et du lac. Durant cette semaine en Haute-Savoie, nous avons fait quelques balades et randonnée autour d’Annecy. Aujourd’hui je vous en présente quatre qui nous ont beaucoup plus et qui valent le détour. Il y a une promenade familiale aux gorges du Fier, deux randonnées accessibles au plus grand nombre et puis, il y a la randonnée de la tournette qui demande d’être un petit peu plus sportif quand même.

Balade découverte et baignade aux Gorges du Fier

Informations pratiques :

  • 5,70€ par adulte
  • Pensez à vérifier les horaires d’ouverture

La balade aux Gorges du Fier est la balade familiale par excellence. Nous, on y a été une après-midi où nous étions très fatigués, rapport au fait qu’on avait fait le tour du lac en VTT le matin. Le lieu est joli, mais bondé de monde. Préférez le matin pour vous y rendre si vous avez le choix.

La balade dure environ 1h30 aller-retour. On peut admirer l’étroit canyon où le Fier en marchant le long de la passerelle, construite 25 m au-dessus du cours d’eau. Certains rochers ont des formes particulières et il y a plusieurs panneaux qui expliquent le processus de formation des curiosités naturelles comme les marmites de géants.

Après la visite, nous sommes allés un peu en aval du cours d’eau pour nous baigner et profiter du soleil de la fin de journée. Plusieurs personnes en profitaient pour plonger du haut des rochers. Elles ont toute mon admiration. Je suis beaucoup trop froussarde pour faire ça pour le moment. Sauter depuis le bord m’ayant déjà demandé tout mon courage !

Sommet du mont Sulens

Informations pratiques :

  • Départ au col de Plan Bois à 1299 m d’altitude, à côté de l’auberge de Plan Bois
  • 7 km
  • 640 m D+
  • 3h de marche environ

La montée est facile et demande moins d’1h30 d’efforts en prenant son temps. Le chemin est large, sans difficultés particulières. Si vous avez des enfants, c’est la balade parfaite.

Il est possible de faire une randonnée plus courte, de 5 km, en prenant le même chemin à l’allée et au retour. Avec Jo, nous avons préféré faire une boucle en continuant le long de la crête jusqu’au sommet nord, puis en descendant par le versant Est. On a ainsi profité d’un peu calme ; la plupart des gens faisant demi-tour arrivé à la table d’orientation au sommet. Peu après la croix de Sulens, se trouve un chemin étroit et très sinueux, dit le sentier du Curé, qui permet de descendre en une seule fois les 550 m montés précédemment. Arrivé en bas, on passe une assemblée de cairns et des panneaux indiquent la direction du col de Plan Bois. On s’est donc repéré très facilement et on est revenu à notre point de départ sans encombre. Quand on connait notre propension à nous perdre partout, on sait que ça tient du miracle. 😉

Cette marche offre de superbes points de vue sur toute la chaîne des Aravis. On a d’ailleurs pu admirer la montagne de la Tournette, que l’on a affrontée plus tard dans la semaine. On a aussi pris un peu la pluie, marché dans les nuages qui allaient et venaient au somment. C’est impressionnant de voir arriver de grosses masses blanches et soudain ne plus rien voir à 20 m devant soi. Une très jolie randonnée pour se mettre en jambes en début de semaine.

La tournette, par le refuge du Rosairy

Informations pratiques :

  • Départ 3 km après la ville de Thônes, tout au bout de la route de la Tournette
  • 12 km
  • 1281 m D+
  • 6 – 7h de marche
  • Sommet à 2351 m

L’ascension de la tournette, c’était un peu la cerise sur le gâteau de nos vacances à la montagne. C’est LA randonnée à faire quand on va là-bas. Celle qui offre une vue inoubliable sur le lac d’Annecy et ses alentours quand le ciel est dégagé. Manque de bol, nous, on a terminé la tête dans les nuages. C’est un peu humide mais ça donne un autre charme vous me direz. La montée nous a tout de même offert des paysages magnifiques.

Monter jusqu’au sommet nous a demandé environ 3h30 d’efforts pour quasiment 1300 m de dénivelé positif. Le sentier est très bien balisé tout du long. Après environ 1h30, on arrive au refuge du Rosairy, ce qui permet de faire une petite pause. Puis on repart pour encore 2h de grimpette. A la fin, je sentais mes fessiers et mes ischios comme jamais. 😉

Arrivée presqu’en haut, j’ai eu la surprise de découvrir le « fauteuil », sorte d’énorme rocher culminant à 2351 m et constituant le sommet de la Tournette. Pour y accéder, il faut monter des échelles et faire un peu d’escalade. Y aller n’est évidemment pas obligatoire, mais quitte à être allé jusque-là, autant aller au bout. N’écoutant que mon courage, j’ai donc bravé ma peur des échelles pour grimper jusqu’en haut (et j’ai tremblé tout du long) (rien que d’y repenser j’ai des frissons). Certains marcheurs prenaient leur déjeuné la haut. Personnellement je suis redescendue rapidement. Déjà parce qu’il faisait super froid : 12 °C au sommet contre 30 °C au départ. Prévoyez une polaire ! Ensuite parce que rester sur un rocher peu large pendant longtemps en haut d’une montagne me semble relativement contre nature !

Nous avons donc pique-niqué un peu plus bas, juste avant de nous faire attaquer par une horde de chèvre à la recherche de sel. L’une d’entre elles à lécher l’intégralité de mes jambes. Deux fois. Au moins. C’était… étrange ! Par la suite, nous avons eu la chance de croiser le chemin de plusieurs bouquetins. Ils ont visiblement l’habitude des humains et on a pu s’approcher assez près pour les photographier.

La descente nous a demandé 3h, principalement parce que mes genoux ne sont pas du tout habitués à ce type d’efforts et ont protesté vigoureusement après les 600 m premier mètre de descente. Les 600 m suivant ont été longs… Je n’avais plus de genoux arrivée en bas. Et le lendemain, j’ai eu de très jolies courbatures aux mollets. Ceci dit, si vous avez l’habitude de marcher, que le dénivelé ne vous fait pas peur, je vous conseille grandement cette randonnée. Les paysages sont sublimes. Et avec un peu de chance, vous aurez du soleil et profiterez de la vue sur le lac que nous n’avons pas eu. Nous c’était vu sur le brouillard ! 😉

La traversée de la petite Rochette

Informations pratiques :

  • Départ au parking du col de la Forclaz
  • 9 km
  • 560 D+
  • 4h de marche environ
  • Sommet à 1555 m

Après la déception de l’ascension de la Tournette, je voulais absolument trouver une randonnée offrant une vue plongeante sur le lac d’Annecy et que ce soit sûr à 100%. Sans risque de « trop de nuages arrivé en haut », « désolé revenez plus tard ». Pour la dernière marche de la semaine, on a donc opté pour la traversée de la Petite Rochette : une randonnée d’une dizaine de kilomètre avec peu de dénivelé pour reposer nos pauvres mollets endoloris suite à la marche de la veille.

Au départ, ça grimpe sec jusqu’à arriver à la piste de décollage des parapentistes. De là, le sentier est très bien balisé et reste assez tranquille. Sauf à la fin, où ça monte à nouveau. On profite de paysages de montagnes, de passages par-dessus un ruisseau sur des troncs qui donnent l’impression d’avoir 7 ans à nouveau, de chemins en sous-bois ou au milieu des estives et donc des troupeaux de vaches. Une très jolie randonnée tranquille, à faire en famille ou entre amis.

En plus c’était une randonnée particulière puisqu’on avait rendez-vous avec Nathalie et David pour la première fois, que l’on a connu via Instagram. Une super rencontre dans la vraie vie, tout en naturel et qui s’est soldée par une part de tarte à la myrtille et des bières en terrasse avec une vue magnifique ! La belle vie quoi !

Ces idées de randonnées vous ont-elles plu ? Vous en avez déjà fait certaines ?

Coleslaw à ma façon

Coleslaw à ma façon

Il parait que pour rester en bonne santé, il faut (entre autre) manger l’arc-en-ciel. Pour ça, il faut bien évidemment incorporer plein de légumes différents à notre alimentation. Depuis l’année dernière, j’essais de manger plus choux et surtout de les apprivoiser. Si je suis une fan absolue des courges en tout genre et que j’ai toujours une idée pour les préparer, je suis beaucoup moins créative avec les choux.

A la maison, on mange surtout les chou-rouges et blancs crus, pour la simple et bonne raison que Jo ne les aime pas cuit ! Je refais donc régulièrement des salades de choux dont ce coleslaw végétalien. La version originale du coleslow contient des carottes et du chou-blanc. J’y ajoute du chou-rouge, des fruits secs pour une petite note sucrée et acidulée et des graines torréfiées à la dernière minutes pour le croquant. Il accompagne à merveille des soupes, des galettes de légumineuses ou bien encore des burgers.

Il est facile à réaliser. Par contre, si possible, préparez-le la veille pour que les légumes absorbent bien la sauce et s’attendrissent.

coleslow végétalien

Coleslow à ma façon

Pour 3 à 4 personnes

Ingrédients

Pour la salade :

  • 1/4 de chou-rouge
  • 1/4 de chou-blanc
  • 2 carottes
  • 1 poignée de cramberries séchées
  • 1 poignée de raisins secs
  • 1 poignée de graines de tournesol et de graines de courges
  • Quelques noix de Grenoble

Pour la sauce :

  • 150 g de tofu soyeux
  • 1 cc de moutarde
  • 1 CS de tamari (ou de sauce soja)
  • 1 CS de jus de citron
  • 1 pincée de curcuma
  • Poivre

coleslow végétaliencoleslow végétalien

 

Préparation

  • Émincez les choux très finement à l’aide d’un grand couteau (très) bien aiguisé. Brossez et râpez les carottes.
  • Préparez la sauce. Pour cela, mixez simplement tous les ingrédients ensemble dans un petit blender.
  • Mélangez les légumes et les fruits secs dans un saladier. Couvrir de sauce et remuez bien. Placez au réfrigérateur pendant au moins 2h, pour que les choux s’attendrissent, toute une nuit si vous avez le temps.
  • Au moment de servir, torréfiez les graines à sec dans une poêle très chaude pendant quelques instants. Ajoutez-les dans la salade, ainsi que quelques noix de Grenoble concassées. Mélangez et servez frais.

coleslow végétalien

 

Bon appétit !