Cold winter challenge 2016 : ma sélection de livres pour les fêtes

Cold winter challenge 2016 : ma sélection de livres pour les fêtes

Je participe pour la toute première fois à un challenge de lecture et je commence par le cold winter challenge, organisé cette année par Margaud Liseuse.

PAL cold winter challenge 2016

L’idée générale du challenge, c’est de se mettre de côté une petite pile de livres qu’on a envie de lire pendant la saison la froide et de les terminer dans le temps imparti : cette année, ça sera du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017. C’est un challenge tout simple, accessible à tous, puisque chacun est libre de définir le nombre de livres qu’il veut ! Il y a juste un défi à relever, lire deux livres sur une des thématiques suivantes :

  • Montagne enneigée : lire 2 livres dont la thématique principale est le froid, la neige ou l’hiver.
  • La magie de Noël : lire 2 livres se déroulant durant la période des fêtes de fin d’années.

Vous pouvez rejoindre le challenge en participant au groupe Facebook ou en partageant votre sélection sur vos réseaux sociaux avec le hastag #ColdWinterChallenge. Personnellement, j’ai choisi deux livres pour chaque menu et j’ai décidé de ne pas m’imposer d’autres lectures que celles-ci. Je préfère avoir la liberté de piocher au hasard de mes envies dans ma bibliothèque.

Pour les livres sur la magie de Noël, j’ai donc choisi:

  • La véritable histoire de Noël, de Marko Leino. J’en ai entendu beaucoup de bien et je pense qu’un joli compte de Noël sera parfait pour me détendre en cette période.
  • La liste de Noël, de Jojo Moyes. C’est une nouvelle toute courte; le résumé m’a donné envie de la lire parce que je crois que finalement beaucoup de gens se retrouvent parfois dans la situation de départ de l’héroïne. Vu que le texte est très court, j’en ajouterais peut-être un troisième sur ce thème.

Pour le thème montagne enneigée, j’ai pris :

  • La forêt des cœurs glacés, d’Anne Ursu.
  • Café givré de Suzanne Selfors.

J’ai hâte d’être à jeudi pour commencer !

Et vous, participez vous à ce genre de challenge? Gardez vous des livres pour les lire durant une période précise de l’année ?

Carrot cake {végétalien, sans gluten}

Carrot cake {végétalien, sans gluten}

J’ai découvert le carrot cake à Edinbourg en mai dernier et, on peut le dire, ce fût une immense révélation culinaire pour moi. Il a directement rejoint le top 3 de mes gâteaux favoris. J’ai ensuite entrepris une étude comparative des carrot cakes de l’Ecosse (il faut savoir se sacrifier que voulez-vous) et celui d’Edimbourg l’emporte haut la main !
En rentrant, j’ai eu envie d’en faire un à la maison (et un haggis végétarien, mais je n’ai pas encore essayé malheureusement). J’ai opté pour une version végétalienne et sans gluten afin de répondre aux exigences de l’estomac d’une amie qui m’est chère. J’ai donc utilisé un mélange de farine de blé semi-complète et de farine de châtaignes, pour le côté rustique et automnale.
Si vous vous fichez royalement du gluten ou que vous voulez un gâteau plus économique, remplacez simplement les différentes farines par de la farine de blé T80. Vous pouvez aussi faire un mélange avec d’autres farines sans gluten, comme riz – sarrasin par exemple. Le goût sera forcément un peu différent, car la farine de châtaigne apporte un vrai plus.
Le gâteau obtenu est compact et un peu humide. Une petite part suffit. Il est aussi très riche en saveurs et se marie parfaitement avec un bon thé. J’espère que vous l’apprécierez autant que moi.

carrot cake

Ingrédients

Pour le gâteau : 

  • 75g de faine de riz semi-complète
  • 75g de farine de châtaignes
  • 50g de sucre de coco
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 2 CS de cannelle
  • 1 cc de muscade
  • 1 cc de vanille en poudre
  • 1 pincée de cardamome
  • 1 pincée de poivre noir
  • 1 orange bio (le zeste + le jus)
  • 100g e purée de pomme non sucrée
  • 120g de yaourt de soja nature
  • 3 CS d’huile de coco fondue
  • 2 carottes (environ 200g)
  • 75g de noix de grenoble
  • 50g de raisins secs
  • 1 pincée de sel

Pour le glaçage :

  • 125g de yaourt de soja nature
  • 60g d’huile de coco
  • 20g de sucre glace
  • 1 cc de jus de citron

Préparation

dsc_1398

  • Torréfiez les noix à sec dans une grande poêle, réduisez-les en petits morceaux à l’aide d’un grand couteau et réservez.
  • Dans un grand saladier, mélanger tous les ingrédients secs entre eux, ainsi que les épices et le zeste de l’orange.
  • Ajoutez la compote, le yaourt de soja, l’huile de coco, et le jus de l’orange. Mélangez-bien.
  • Râpez-les carottes, essorez-les dans un torchon et ajoutez-les à la préparation. Incorporez les raisins secs.
  • Versez le tout dans un petit moule et enfournez pour 35 à 40 minutes à 180°C.
  • Une fois cuit, il faut laisser le gâteau refroidir avant de mettre le glaçage dessus. Deux méthodes : la patiente en le laissant refroidir tranquillement à l’air libre ou la pressée en le mettant une quinzaine de minutes au congélateur.
  • Pendant ce temps préparer le glaçage en mélangeant tous les ingrédients entre eux. Dur n’est-ce-pas ? 😉 Répartissez-le sur toute la surface du gâteau et laissez le tout au frais pendant quelque temps pour que la surface durcisse.

dsc_1441

Je conserve le gâteau au réfrigérateur pendant 4-5 jours, même s’il est généralement mangé plus vite que ça !

 

20 idées de cadeaux immatériels

20 idées de cadeaux immatériels

La semaine dernière je vous parlais de mon envie de fêter Noël autrement, de (re)mettre l’humain au centre de la fête et de faire de cette célébration un vrai moment de partage. Cette semaine, je vous partage quelques idées afin de gâter vos proches tout en restant dans un esprit minimaliste. J’ai essayé de voir large et de penser à tous les budgets. J’en ai moi-même mis certaines sur ma liste. 😉

20 idées de cadeaux immatériels

Voici 20 idées de cadeaux immatériels :

  • Du temps (baby-sitting pour de jeunes parents, aide pour trier la maison, cuisiner, jardiner…)
  • Un bon pour passer du temps ensemble (balade en forêt, weekend en famille, randonnée VTT, soirée jeux…)
  • Des billets de train pour se voir
  • Du rire en offrant des places pour une comédie au théâtre ou au cinéma
  • De la musique avec des places pour un concert
  • Un bon repas : chez soi en cuisinant son plat favori ou dans un restaurant
  • Un dossard pour participer à un événement pour les plus sportifs d’entre nous
  • Un terrain dans les Highlands écossais pour les amoureux de la nature (et le titre très honorifique de Lord qui va avec !)
  • Un abonnement à Netflix  ou un autre service multimédia en ligne pour les fans de série
  • Un abonnement pour un an de geocaching, la chasse aux trésors des grandes personnes 😉
  • Une séance de massage dans un SPA ou à domicile
  • Un cours de cuisine, de couture, de tricot ou même de plomberie si vous vous y connaissez. Partagez vos compétences avec vos proches !
  • Des places pour une exposition
  • Un cours de photographie, de peinture, de danse, d’informatique par un professionel
  • Une carte de piscine pour nos amis nageurs
  • Un pass d’un an pour un ou plusieurs musées pour les amateurs d’art
  • Un voyage, de quelques heures à quelques jours
  • Une partie d’escape game
  • Une séance photos par un professionnel (ou par vos soins si vous êtes photographe amateur !)
  • Faire venir une personne qui lui est chère

Et vous, faites-vous ce genre de cadeaux? Avez-vous d’autres idées? Partagez-les en commentaires !

Retraite en forêt de Fontainebleau

Depuis quelques temps, j’avais envie de me retrouver un peu. J’ai eu du mal à encaisser l’arrivée de l’automne, et j’avais envie de prendre un peu de temps pour moi. Alors dimanche dernier, je me suis levé tôt, j’ai pris mon appareil, et je suis parti en forêt. À la base, je voulais juste aller marcher, me ressourcer un peu. Puis ça a vite tourné en séance photo. Faut dire que le paysage était vraiment magnifique. Je vous laisse en juger par vous-même. J’espère que ça vous plaira.

 

fontainebleau

fontainebleau-1

fontainebleau-7

fontainebleau-41

fontainebleau-11

fontainebleau-10

fontainebleau-17

Pour un Noël simple, éthique & minimaliste

Pour un Noël simple, éthique & minimaliste

J’aime Noël. Beaucoup. Rien de bien original par là me direz-vous, beaucoup de gens aiment cette fête. C’est d’ailleurs un évènement national. Mais en fait, ce que j’aime réellement à cette période de l’année, c’est ce qu’il y autour de Noël, à savoir : voir ma grand-mère, manger des sablés à la noisette (tradition instaurée l’année dernière et qui, je crois, va perdurer), boire beaucoup de chocolat chaud, marcher dans les rues et admirer les lumières, m’emmitoufler dans mon écharpe géante, faire des jeux de sociétés à plusieurs, cuisiner un bon repas pour tout le monde, choisir et confectionner des présents avec soin pour mes proches…

Ce que j’aime beaucoup moins en revanche, c’est l’agitation autour de cette fête et tout le stress qui peut en découler ; c’est voir les poubelles remplies à ras bord le 25 décembre au matin ; ce sont les centres commerciaux bondés et la surconsommation d’objets en tout genre ; ce sont tous les sapins qui partent à la déchetterie une fois que la fête est finie; c’est penser à tous les jouets « made in china » en plastique qui sont offert en surnombre ; c’est ouvrir un paquet et découvrir un objet qui ne me correspond en rien et qui a été acheté « pour dire qu’on a fait un cadeau » ; c’est le repas avec de la viande à tous les plats et tellement riche qu’il faut une semaine pour s’en remettre… Toutes ces choses me donnent le sentiment de m’éloigner drastiquement de « l’esprit de noël ». On répète à qui veut l’entendre que l’important à Noël, c’est de passer un bon moment en famille. Pourtant, qui met vraiment en application cette idée ?

Cette année, je rêve d’un Noël slow : c’est-à-dire simple, chaleureux, éthique & minimaliste. Un Noël qui serait un vrai moment de détente, de partage et de magie où l’on se retrouverait en famille un peu avant le réveillon pour échanger, se promener et cuisiner ensemble. Un moment pour tisser des liens plus forts entre nous en somme. Chose que l’on a tendance à négliger la plupart du temps.

Avec ce billet, je démarre une série de 4 articles sur le thème de Noël. Si ce sujet vous interpelle et que vous aussi, vous avez envie de retrouver un peu de simplicité et de remettre l’humain au centre des festivités en cette fin d’année, je vous propose quelques pistes de réflexion pour fêter Noël autrement.

Organiser et préparer Noël

noël éthique et minimaliste

Fêter Noël différemment, cela veut dire changer sa façon de consommer : passer d’une consommation en mode automatique à des actions et des achats réfléchis et planifiés. Opter pour des cadeaux éthiques demande souvent plus de temps et d’investissement personnel que d’aller au magasin pour prendre quelque chose « qui pourrait convenir » sans être regardant sur l’impact environnemental de la chose en question. Du coup, impossible de s’y prendre au dernier moment. Mieux vaut réfléchir à ce que l’on souhaite vraiment en termes d’ambiance, de repas, d’activité et de cadeaux afin de trouver des idées et de déterminer comment les mettre en œuvre pour une fête qui soit conforme à nos valeurs.

S’organiser un mois avant permet aussi de pouvoir gérer son budget au mieux, point non négligeable pour beaucoup. En effet, Noël n’a pas à coûter cher par principe et il est tout à fait possible de faire une très belle fête avec un petit budget.

Déterminer l’ambiance de la fête

Je pense qu’il est intéressant de se poser la question du type de fête que l’on souhaite faire : plutôt chic ou au contraire très décontractée ? Le mieux étant de faire une fête qui vous ressemble et pas celle que tout le monde fait ou celle que les gens attendent.

Chez nous cette année, clairement, ça sera très hygge : simplicité, jeux, gros pulls et grosses chaussettes de rigueur. Donc si vous êtes invité et que vous me lisez, vous savez quoi mettre dans vos valises.

feet-932346_960_720

Pour les décorations, pensez à en emprunter à votre famille ou à vos amis plutôt que de foncer dans des magasins surpeuplés. Vous pouvez aussi les faire vous-même. Tous les ans, un de mes petits plaisirs de la saison, c’est d’aller ramasser pommes de pin, glands et châtaignes pour faire une table de fête très nature. Je fais aussi des bougeoirs avec des bocaux vides et un peu de sel de décoration qu’on réutilise à chaque fois. Pinterest regorge de tutoriels pour des décorations quasi gratuites faites mains. Certains sont très simples, d’autres plus sophistiqués. Il y en a vraiment pour tous les goûts et vous aurez la satisfaction de pouvoir dire « je l’ai fait moi-même ». Le tout avec un grand sourire. En plus, cela peut permettre de pratiquer une activité manuelle agréable avec des enfants, ou de grands enfants. 😉

J’aime particulièrement la couronne de l’avent d’Ophélie et le calendrier de l’avant tout simple de Céline. L’année dernière, nous avions fait un calendrier de l’avant en forme de sapin sur la porte d’un placard avec de petites pochettes en papier.

Choisir son sapin de noël

christmas-tree-1149919_960_720

Pour la plupart d’entre nous, un Noël sans sapin n’est pas un vrai Noël. Se pose donc la fameuse question : vrai sapin ou sapin artificiel ? La réponse n’est pas forcément celle que l’on croit, comme le montre mon petit tableau comparatif ci-dessous :

Sapin naturel Sapin artificiel
Avantages Biodégradable

Photosynthèse durant sa croissante : production de dioxygène et réduction du Co2 dans l’air

Fourni un habitat aux animaux sauvages

Stabilise les sols

Peut être replanté s’il est en pot

Réutilisable
Inconvénients Fragilise les sols s’il est venu en motte

Nécessite 5 à 10 ans de croissance pour 3 semaines dans le salon

Utilisation d’engrais et de pesticide

Fabriqué en plastique, matière première non-renouvelable

Pollution liée au transport (fabrication en Asie)

Gestion de la fin vie (déchets non recyclable)

En moyenne, changé tous les 3 ans en France

Souvent on pense que le sapin artificiel est plus durable car réutilisable d’une année sur l’autre. Finalement, en prenant en compte tous les éléments, une firme québécoise a montré qu’il faudrait le garder 16 ans pour qu’il ait un bilan énergétique plus favorable que le sapin naturel, là où les français en changent en moyenne tous les 3 ans.

Si vous souhaitez absolument un sapin, je vous encourage à opter pour un vrai sapin, français et cultivé dans des conditions respectueuses de l’environnement.

Il existe également des alternatives au sapin. Je suis toujours impressionnée par la créativité des gens. On peut fabriquer des sapins en carton, en bois flottant, en palettes… On peut également décorer une grosse plante d’intérieure déjà présente chez nous comme Béa Johnson. Je vous mets un petit aperçu des différentes possibilités juste en dessous.

d81b52fc565f5443d97c37bafb8cdfd4

Personnellement j’ai un sapin artificiel, acheté quand je ne m’intéressais pas du tout aux conséquences de mes choix sur l’environnement, ni au réchauffement climatique. Je vais donc le garder encore un moment. Le jour où il sera trop usé, je pense que j’opterais pour une solution alternative comme le sapin en bois flotté sur le mur, que je trouve vraiment superbe surtout lorsqu’il est illuminé.

Offrir des cadeaux personnalisés et éthiques

Offrir et recevoir des cadeaux fait partie du rituel de Noël. Malheureusement, c’est aussi souvent l’occasion de se retrouver avec des objets inutiles ayant un impact environnemental important qui finiront dans un placard ou sur le bon coin ou ebay dès le lendemain (en témoigne le pic d’annonces sur ces sites au lendemain Noël). Je trouve que c’est un grand gâchis de temps, d’argent et de ressources qui pourrait tout à fait être évité.

5257528995_b55f9d8785_b

J’aime beaucoup faire des cadeaux à mes proches. Je fais un seul cadeau par personne et ce qui me plait surtout, c’est d’y réfléchir à l’avance et d’y mettre mon cœur en choisissant quelque chose qui corresponde vraiment à chacun. Je pense que même (surtout ?) les enfants peuvent se contenter de peu. Ils sont généralement incapables de se concentrer sur plusieurs cadeaux à la fois. Qui n’a jamais vu un enfant déchirer papier après papier sans même prêter attention à ce qu’il y a à l’intérieur, pour finir par jouer avec le carton ? Et puis, si plusieurs membres de la famille sont là, ils auront de toute façon plusieurs cadeaux. Je m’interroge également : est-ce une bonne chose de les habituer dès petit à crouler sous les objets ? Ou de leur faire croire que les jouets apparaissent miraculeusement sous le sapin lorsqu’ils sont parfois fabriqués en Chine par d’autres enfants ? Alors oui, je sais, la magie de Noël, tout ça tout ça. Je pense simplement qu’on peut trouver cette magie ailleurs que dans l’accumulation de jouets : passer du temps avec eux, jouer avec eux, décorer ensemble, chanter, etc.

Pour gâter ma famille et mes amis, je privilégie au maximum l’immatériel, les achats de seconde main et les cadeaux faits mains. J’achète du neuf en dernier recours seulement. Dans un souci d’écologie principalement, même si c’est évidemment aussi bénéfique pour mon porte-monnaie. Acheter d’occasion permet de ne pas consommer de matières premières pour produire un nouvel objet et de réduire les déchets, c’est donc forcément un achat éthique ! Je ferais un article détaillé sur ce sujet plus tard, car cela me tient à cœur. Je trouve qu’en France l’achat d’occasion est encore mal vu, limite tabou. C’est bien dommage lorsque l’on connait l’impact de nos modes de production sur la planète !

Dans le cas de l’achat d’un objet neuf, pensez aux petits créateurs avec par exemple la plateforme etsy qui fourmille de petites boutiques en ligne ou alors aux e-shops qui revendent des produits eco-friendly comme les tendances d’emma, sansbpa.com ou encore la boutique slow cosmétique.

Concernant les cadeaux faits mains, ils demandent du temps c’est certain. Tout le monde n’a pas l’envie ou le temps pour les réaliser. Je pense notamment aux gens qui travaillent beaucoup ou qui rentrent tard. Mes journées étant déjà bien remplies, je fais seulement quelques cadeaux DIY. Par exemple, une de mes voisines gardent tout le temps mes chats quand on part. J’ai donc envie de la gâter et de la remercier pour les services qu’elle me rend tout au long de l’année, généralement je lui offre un petit panier contenant plusieurs cadeaux gourmands type kit SOS cookies, SOS risotto ou encore du granola salé dans un joli bocal décoré.

Depuis quelques années déjà, je fais une liste sur pinterest avec quelques idées de choses qui me seraient utiles ou qui me feraient tout simplement plaisir. Jo la donne à ceux qui la demandent. Cela permet à mes proches de pouvoir me gâter tout en respectant mes convictions et sans remplir la maison de choses qui ne serviront jamais ! Tout le monde est content.

Une copine m’a récemment parlé de faire également une anti-liste. Le concept : on met tout ce que l’on ne veut pas recevoir dessus. Par exemple moi je pourrais mettre les fleurs/ plantes, ou bien les plateaux de pâtes de fruits XD (la personne concernée se reconnaîtra. Je t’aime va).

Il y a sans doute autant de façons de faire que de familles. Certains ne se font plus de présents entre adultes, d’autres font un gros cadeau à un seul membre de la famille et ils tirent au sort pour savoir qui ils vont gâter, d’autres encore partent en vacances quelques jours tous ensemble dans un endroit et c’est leur cadeau de noël commun…

Il existe beaucoup de possibilités pour faire des cadeaux plus éthiques. Ne recherchez pas la perfection, faites simplement de votre mieux. Dans les deux prochains articles, je vous proposerais 20 idées de cadeaux immatériels ainsi qu’une sélection d’objets éthiques et écologiques pour gâter vos proches en faisant du bien à la planète.

Choisir son menu de Noël

 

pexels-photo-189260Traditionnellement, le repas de Noël est composé de fois gras, de saumon, d’huitres, de dinde et d’une bûche en dessert, le tout arrosé de champagne et de vin. Des aliments onéreux et très critiquables d’un point de vue écologique et éthique. Certaines personnes n’arrivent pas à envisager de se passer de ces produits, par habitude, par tradition ou par goût.

Souvent on achète et on cuisine plus que de raison, emportés par la folie des achats, ce qui peut conduire à du gâchis alimentaire. Pour éviter ça, je compose le menu en avance, achète pile ce dont j’ai besoin et cuisine les justes quantités. De plus, cela fait 3 ans que mes menus de Noël sont végétaliens et je vous assure que tout le monde se régale (la preuve les gens reviennent ! ;-)). L’année dernière j’ai même poussé le vice à proposer un menu 100% sans gluten, une des invités étant intolérante à cette protéine.

Je prépare un repas classique « entrée – plat – dessert » pour le réveillon du 24 décembre. Puis pour me simplifier la vie, le 25 à midi c’est brunch avec les restes de la veille, du pain au chocolat préparé par Jo avec amour (sa spécialité, mon papa le lui passe commande en avance !), du granola et une ou deux salades de légumes préparées plus tôt dans la semaine.

Au cours du repas du réveillon, on propose maintenant de jouer à des jeux de sociétés du type Time’s up, qui se jouent en équipes, pour animer la soirée et ne pas passer 4h assis sur une chaise. Je trouve que ça apporte vraiment à l’ambiance de fête, que ça rapproche.

Cette année, pourquoi n’essayerez-vous pas de cuisiner :

  • De saison,
  • Local au maximum,
  • Simplement,
  • Végétarien ou végétalien,
  • Et en quantités raisonnables ?

On peut aussi imaginer un repas collaboratif. Chacun amène un plat, ce qui décharge l’hôte d’une partie du travail. Ou alors cuisiner ensemble le jour même. L’important c’est de se régaler et de passer un bon moment ensemble. D’ici peu, je publierai sur le blog une sélection de recette 100% végétales, gourmandes et festives !

La question des déchets

Tous les ans, au lendemain de Noël, on assiste au ballet des poubelles qui débordent dès midi. On y retrouve surtout les emballages d’aliments, les papiers cadeaux non-recyclables (ceux qui sont aluminisés, un peu plastifiés ou colorés), les plastiques et le carton des jouets des enfants…

Cette année, je vous propose d’opter pour un noël presque zéro déchet en :

  • Achetant un maximum d’aliment en vrac,
  • Utilisant des sachets en tissus et des boites hermétiques pour faire vos courses,
  • Choisissant des produits dans des emballages recyclables le cas échéant,
  • Optant pour l’achat de seconde main pour les cadeaux,
  • Et en les emballant différemment.

Pour l’emballage justement, plusieurs possibilités s’offrent à nous :

  • Utiliser de vieux journaux (je trouve le rendu visuellement poétique) ou du papier kraft tout simple qui est recyclable et même mieux, compostable ! Et si on plus, on les décore avec de petites choses ramassées en forêt, c’est encore plus joli.
  • Appliquer la technique du furoshiki qui consiste à emballer les présents dans du tissu, qui a ma préférence (voir le schéma ci-dessous). L’emballage pourra être réutilisé de très nombreuses fois.

3089dd756c21858612573dc573e39e65

Passer du temps ensemble

 

wood-table-hut-cups-1Souvent, à l’occasion de noël on retrouve des membres de la famille que l’on ne voit pas souvent. Réunir tout le monde au même endroit peut occasionner des tensions, certains peuvent s’ennuyer. Pour palier à cela, pourquoi ne pas profiter de cette période pour faire des choses tous ensemble et (re)créer du lien entre nous? J’ai une préférence pour les activités simples et gratuites :

  • Balade en forêt à côté de la maison,
  • Cuisine,
  • Jeux de sociétés,
  • Dessin, peinture…

Des choses à faire ensemble, accessibles, qui rapprochent. C’est un peu le thème récurrent de cet article non ?

J’espère que toutes ces idées vous aideront à repenser votre façon de fêter Noël et à trouver des pistes pour faire différemment.

Pour continuer la réflexion :

  • Le défi d’Echos-vert en cours, expliqué dans ce billet et auquel vous pouvez participer sur le groupe facebook.
  • Pour un noël éthique et écologique : Reparons et re-parons Noël
  • Pour un noël économique ET écologique : « pourquoi s’organiser » ici et « comment s’organiser » .
  • Pour des emballages cadeaux en récups, il y a cet article de Natasha.

Crédits photos : pexel

Et vous, comment envisagez-vous les fêtes de fin d’année, Cette année, quels petits pas pouvez-faire vers un noël plus responsable ?

Velouté de courge butternut au curry {végétalien}

Velouté de courge butternut au curry {végétalien}

Encore une soupe et encore une à base de courge, une butternut cette fois-ci. Parce que c’est l’automne, qu’il fait froid et que je voue un culte aux soupes oranges – rouges apparemment ! Et aussi parce que le potager a produit beaucoup de courges cet été!

En plus, au moment où j’écris cette recette, il neige. C’est dire si les soupes sont d’actualité!

Velouté de courge butternut au curry

dsc_1912

Pour 4 petits bols

Ingrédients

  • une belle courge butternut
  • 4 carottes
  • 1cc de curry
  • 1cc de curcuma
  • 200 mL de lait de coco

Préparation

  • Commencer par éplucher la courge butternut et à retirer les graines. Le plus simple c’est de la découper et gros bouts et de les éplucher ensuite.
  • Coupé la en cubes de tailles moyenne.
  • Brossez les carottes et découpez-les en gros morceaux.
  • Mettez les légumes dans une grosse casserole, couvrez d’eau et ajoutez les épices. Laissez cuire à petit bouillon pendant une vingtaine de minutes.
  • Ajoutez le lait de coco et mixez. Servez bien chaud.

Pour servir, faites toaster des graines de courges et parsemez la soupe avec. Ou alors optez pour un granola salé, c’est toujours très bon.

Bon appétit!

Promenade automnale en forêt

Promenade automnale en forêt

J’adore aller me promener et courir dans les bois. Je savoure donc ma chance d’habiter à deux pas d’une belle forêt domaniale ! En plus la chasse n’est ouverte que le lundi et le jeudi chez nous, du coup on peut se balader sans risque le weekend. Et ça, c’est super chouette.

Samedi dernier, j’ai embarqué Jo et deux amis avec moi et nous sommes partis marcher et faire des photos. Je commence à réussir à sortir un peu de ma zone de confort et à oser demander aux gens de prendre un peu la pose. Pas facile à faire du tout pour moi! Et en forêt, rien de plus facile que de faire de jolies images de détails, donc pour une fois, j’en ai plein ! J’ai moins de vues d’ensembles évidemment.

Gérer la luminosité changeante des bois n’est pas des plus faciles. J’ai été obligée de monter en ISO pour garder une vitesse d’obturation assez courte. Forcément il y a plus de piquer sur les images que d’habitude. Je suis tout de même contente des photos que j’ai ramené. comme la dernière fois, certaines photos sont de Jo. 🙂 Je vous laisse les découvrir.

dsc_1643

dsc_1665

dsc_1614-2dsc_1613dsc_1692

dsc_1678dsc_1352

dsc_1655lierre

dsc_1348

dsc_1592

dsc_1684dsc_1634

dsc_1672-2

dsc_1660

 

 

Tarte rustique pommes – noisettes {végétalien}

Tarte rustique pommes – noisettes {végétalien}

Il faut croire que je suis dans ma période « tartes » puisqu’après la quiche au potimarron, je vous propose cette fois une tarte sucrée aux pommes et aux noisettes. Jo me réclamait une tarte aux pommes depuis plusieurs semaines, c’est donc chose faite. Comme d’habitude, j’ai opté pour la version rustique, ça doit être mon côté campagnarde qui ressort ! 😉

dsc_1864-2

Tarte rustique pommes – noisettes

ingrédients

  • 150g de farine de petit épeautre complète
  • 30g de noisettes réduites en poudre
  • 30g de sucre de coco
  • 1 pincée de vanille
  • 1 pincée de sel
  • 3 CS d’huile de tournesol
  • 50ml de lait végétal ou d’eau tiède
  • 3 pommes
  • Cannelle

Préparation

  • Dans un saladier, mélangez les ingrédients secs entre eux puis ajoutez l’huile et le lait végétal. Mélangez du bout des doigts et pétrissez jusqu’à obtenir une belle boule de pâte lisse.
  • Etalez votre pâte directement sur une feuille de cuisson, la mienne est une feuille réutilisable.
  • Découpez vos pommes en lamelles et disposez en cercle sur la pâte en laissant quelques centimètres sans rien.
  • Saupoudrez de cannelle, de sucre de coco si vous le souhaitez et éventuellement de poudre de noisettes.
  • Enfournez à 175°C pendant 35 à 40 minutes selon votre four.

Je vous conseille de la déguster avec un bon thé noir ou un chocolat chaud avec plein de chantilly de coco. Parfait pour la saison !

dsc_1869dsc_1872

Notes :

  • Vous pouvez remplacer l’huile de tournesol par de l’huile de noisettes si vous en avez, pour un goût encore plus prononcé.
  • Je sucre peu mais libre à vous d’augmenter les doses si besoin. J’utilise du sucre de coco car il a un index glycémique assez bas, ce qui me permet d’éviter les pics de glycémie impromptus qui ont tendance à me filer des boutons… #instantglamour Vous pouvez bien sûr utiliser le sucrant solide que vous souhaitez. Je vous conseille toutefois que conservez un sucre complet, autant pour le côté rustique que pour l’aspect nutritionnel.

35 choses que j’aime faire en automne

35 choses que j’aime faire en automne

En automne, il recommence à faire froid, il fait nuit tôt, il pleut, on est fatigué, le moral diminue, la forme physique avec et des fois on attrape même un rhume… La dessus je suis chanceuse, j’ai vu tout le monde tomber malade et je n’ai rien eu! *danse de la victoire* Pour faire court, tout est réuni pour nous faire râler un peu et nous donner envie d’hiberner. Pour autant, cette année j’ai décidé de prendre mon parti de tout ça et de vivre l’automne à fond, quitte à tomber quelque peu dans le cliché. 😉 Mais ce n’est pas bien grave, une copine m’a dit que les clichés, des fois, c’est ce qui nous rapproche les uns des autres. 

Alors aujourd’hui je vous partage une liste non exhaustive des petites choses que j’aime faire cet automne, pour le vivre avec le sourire :

  • Bouquiner sous un plaid au fond du canapé
  • Préparer un carrot cake
  • Déguster un chocolat chaud au lait d’avoine avec de la cannelle le matin au réveil
  • Regarder des films en amoureux le dimanche après-midi
  • Courir sous la pluie et prendre une douche bien chaude ensuite
  • Manger des roulés à la cannelle
  • Mettre de la cannelle partout
  • Se promener en forêt tôt le matin ou en soirée pour admirer la belle lumière dorée
  • Sauter dans les flaques
  • Récolter les derniers légumes au potager (choux, mâche & courges)
  • Manger à nouveau des châtaignes
  • Lire un classique de la littérature anglaise
  • Profiter d’un thé noir potiron & carottes tout doux, tout sucré, lorsque les températures diminuent
  • Partir faire une randonnée VTT et rentrer couvert de boue. Sourire comme une enfant.
  • Ressortir les jeux de sociétés qui prennent des heures à se terminer
  • Faire des petits plats mijotés : un bourguignon végétarien par exemple
  • Improviser une après-midi spa & massages
  • Retrouver le chemin des musées et des expositions
  • Acheter des cargaisons de citrouilles et de courges en tout genre
  • Cuisiner les courges en question sous toutes les formes possibles
  • Enfiler de très grosses chaussettes en maille
  • Aller au théâtre
  • Regarder d’anciennes photos
  • Organiser une soirée halloween entre amis
  • Faire la sieste, le chat roulé au creux de mon ventre
  • Courir et admirer les belles couleurs de l’automne
  • Allumer cette bougie qui sent bon les épices et embaumer la maison
  • Ecouter du jazz et danser au milieu du salon
  • Mettre à nouveau les pulls à grosses mailles tout doux
  • Faire des séries photos sur cette saison
  • Prendre le temps de peindre à l’aquarelle
  • Ressortir ma collection de bottes (enfin !)
  • Faire des soupes. Pleins
  • Ramasser des châtaignes dans les bois
  • Profiter de la courte saison des coings pour faire un tajine et de la compote

Et vous, comment vivez-vous l’automne ? Qu’aimez-vous faire à cette saison ? 

 

Quiche au potimarron, châtaignes et tofu fumé {végétalien}

Quiche au potimarron, châtaignes et tofu fumé {végétalien}

Je n’avais pas forcément prévu de faire un quiche au potimarron tout de suite, vu que j’ai déjà publié deux recettes avec cette courge mais c’était sans compter sur Gwenaëlle qui m’en a demandé une le weekend où elle est venu à la maison. Promis j’essaie de changer de légumes pour les prochaines recettes. Que voulez-vous, le potimarron, c’est juste trop bon!

Je vous propose deux versions pour la pâte : une sans gluten à base de farine de riz et de flocons de sarrasin, tirée et adaptée du livre de Cléa Tout sans gluten et une classique à base de farine de blé. Vous pouvez aussi remplacer une partie de la farine de blé par de la farine de châtaignes ou bien de sarrasin pour lui donner un petit goût plus rustique.

Cette quiche est parfaite pour la saison : pleine de saveurs, chaleureuse et fondante !

dsc_1796

Quiche au potimarron, châtaignes et tofu fumé

Pour une grande quiche familiale (environ 6 parts)

Pâte – Version sans gluten

Ingrédients

  • 240g de farine de riz semi-complet
  • 120g de flocons de sarrasin
  • 120g de maïzena
  • 40g de purée d’amandes
  • 40g d’huile de tournesol
  • 280ml d’eau chaude
  • une pincée de sel

Préparation

  • Dans un grand saladier, mélangez bien les ingrédients solides.
  • Ajoutez la purée d’amandes, l’huile de tournesol et l’eau et mélangez à la cuillère pour commencer.
  • Puis pétrissez à la main pendant quelques minutes jusqu’à avoir une boule de pâte lisse. Ajoutez de la farine si la pâte est trop collante, de l’eau si elle est trop farineuse.
  • Laissez reposer la pâte environ une demi-heure.
  • Foncez un moule à tarte en l’étalant directement à la main à l’intérieur.
  • Précuire la pâte 5 minutes à 180°C.

Vous pouvez remplacer la purée d’amandes par de la purée de noisettes, ça ira à merveille avec la recette. Vous également opté pour une version 100% huile de tournesol pour une version plus économique, la purée d’oléagineux étant très onéreuse.

Pâte – Version classique

Ingrédients

  • 250g de farine de blé T80
  • 50ml d’huile d’olive ou de tournesol
  • 100ml d’eau tiéde
  • une pincée de sel

Préparation

  • Dans un saladier, mélangez la farine avec le sel. Ajoutez l’huile et l’eau et mélanger avec les doigts.
  • Pétrissez jusqu’à obtenir une belle boule de pâte homogène.
  • Laissez reposer la pâte le temps de préparer l’appareil, puis foncez un moule à tarte.

Appareil

Ingrédients

  • 1 potimarron moyen
  • 200g de châtaignes cuites
  • 250mL de crème de soja
  • 200g de tofu fumé
  • 1 CS de fécule de maïs
  • Graines de courges (optionnel)
  • Sel, poivre

Préparation

  • La veille, plus tôt dans la semaine (ou quand vous voulez avant de vouloir vous mettre à préparer la quiche), faites cuire votre potimarron à la vapeur et réduisez-le en purée. Nul besoin de l’éplucher, contentez-vous de bien le brosser pour retirer la terre et de retirer les graines à l’aide d’une cuillère. J’ai récupéré 700g de purée de potimarron pour la suite de la recette et gardé le restant pour me faire un porridge plus tard dans la semaine.
  • Découpez le tofu fumé en cubes et mettez-les dans un robot à lames en S. Ajoutez les châtaignes, la crème de soja, la fécule, le sel et le poivre.
  • Mixez jusqu’à l’obtention d’un mélange à peu près lisse.
  • Mélangez avec la purée de potimarron. Rectifiez l’assaisonnement si besoin et versez sur la pâte. Lissez à l’aide d’une spatule.
  • Répartissez 1 ou 2 poignets de graines de courges sur le dessus pour la déco.
  • Enfournez pour 40 minutes à 180°C. C’est prêt.

dsc_1814

Bon appétit!