Mes 10 coups de cœur littéraire de 2016

Mes 10 coup de cœur littéraires de 2016

En 2016, j’ai lu 70 livres en tout : romans, essais et bande-dessinées inclus. J’adore lire, c’est une de mes premières passions et il ne se passe pas un jour sans que je lise quelques pages. Evidemment certaines périodes sont plus propices que d’autres à la lecture et je dévore plus lors des vacances par exemple.

Je lis un peu de tout avec une préférence pour les auteurs contemporains et surtout, j’essaie de lire plus de femmes auteures. J’ai déjà lu beaucoup d’hommes par le passé, notamment pour les cours, alors je me rattrape un peu maintenant. 😉 Ce que j’aime par-dessus tout c’est un roman qui arrive à me divertir ET à ma faire réfléchir sur des sujets importants.

Je vous présente donc juste en dessous mes 10 livres coup de cœur de 2016, dans l’ordre où je les ai lus.

10 coups de cœur littéraire 2016

1/ Un goût d’espoir et de cannelle de Sarah Mc Coy

Un goût d’espoir et de cannelle est un des premiers livres que j’ai lu en 2016. C’est un roman historique qui nous fait rencontrer deux héroïnes qui vont devoir faire face à des choix difficiles. Il y a  Reba qui est journaliste aux Etats-Unis, vivant proche de la frontière Mexicaine à notre époque et puis Eslie en Allemagne, qui cache chez elle un enfant juif pendant la seconde guerre mondiale. Leurs deux vies finiront par s’entrecroiser autour de la boulangerie d’Elsie lorsque Reba viendra pour l’interviewer pour son journal. L’histoire d’Elsie est particulièrement touchante et propice à la réflexion. J’ai aimé ce roman pour les différents niveaux de lecture qu’il propose. On peut lire une belle histoire « feelgood » ou bien aller plus loin et réfléchir au parallèle entre l’Histoire et ce qui se passe à notre époque.

2/ La passe-miroir, tome 1 et 2 de Christelle Dabos

Oui, je vous parle des tomes 1 et 2 en même temps. Mais ils comptent comme un seul livre, je triche un peu ! J’ai découvert la passe-miroir par le biais d’un article de Céline sur Les mots Ailés (blog que je vous conseille 1000 fois si vous aimez les belles plumes). Ce sont des romans dits « jeunesse », mais j’invite les grandes personnes à les lire aussi puisque ce sont de belles pépites (et que ces clivages littératures adultes/ littératures jeunesse sont un peu surfaits je trouve). Il s’agit de l’histoire d’Ophélie qui se voit forcée de se marier à Thor, homme froid et (très) renfermé car c’est une alliance désirée par ses aînés. Elle doit pour cela se rendre à la citacielle, capitale flottante du Pôle située très loin de chez elle. Là-bas, elle est obligée de cacher sa véritable identité car plusieurs hauts personnages en ont après sa vie pour asseoir leur propre pouvoir. Intrigues politiques à foison, rebondissements, amitiés et actions au programme, mais tout en subtilité. Christelle Dabos a su créer un univers merveilleusement riche et surprenant ainsi que des personnages complexes loin des clichés de la fantasy. On commence à en aimer ou à détester certains puis, l’auteure nous fait découvrir une autre partie de leur histoire, ce qui nous amène à les reconsidérer. D’autres restent ambigus du début à la fin. Beaucoup de personnages ont des pouvoirs qui servent l’histoire et qui permettent aussi de réfléchir sur des aspects semblables à ce que l’on observe dans notre monde à nous. Je pense notamment à la question des apparences, si cher à certains notables de la citacielle.

Maintenant j’attends le tome 3 !

3/ Dans le désordre de Marion Brunet

On change de registre, ou plutôt de genre littéraire. Si Dans le désordre est aussi un roman « jeunesse », l’action se déroule cette fois-ci à notre époque et est bien ancrée dans notre société française avec les tensions politiques et sociales qui lui sont propres. Marion Brunet signe un roman percutant et extrêmement riches en émotions, n’ayons pas peur des mots. Pour résumer rapidement, suite à une manifestation, un groupe de 7 jeunes décide de mettre en action leurs convictions politiques et se rassemblent pour vivre ensembles dans un squat. On suit leur vie au quotidien, on en apprend plus sur ce qui les anime, ce qui les fait avancer, leurs peurs, leurs doutes, leurs espoirs aussi. On aime avec eux, on rit avec eux, on est en colère avec eux et on pleurs avec eux. Les questions posées sont, à mon sens,  essentielles : comment vivre ensemble, quels systèmes politique et économique pour un monde plus juste, quelles possibilités avons-nous pour créer un monde meilleur, sommes-nous justes des idéalistes utopiques… Marion Brunet pose aussi la question de la légitimité des violences légales comme la violence policière. Cela m’avait particulièrement touché puisque j’ai lu le livre au moment des nombreuses manifestations qui dégénéraient.

Pour autant, l’auteure ne pose pas de jugements péremptoires que ce soit sur nos héros anticonformistes militants ou les « autres gens », ceux qui acceptent la société et se coulent dans le moule mis à leur disposition. Le roman est tout en finesse et cherche uniquement à nous faire réfléchir. D’ailleurs certaines scènes familiales entre un des héros et sa famille ne sont pas piquées des vers comme dirait ma maman.

La fin est époustouflante et laisse sous le choc. Il m’a fallu un moment pour la digérer et pouvoir ouvrir un nouveau roman.

Dans le désordre est  certainement une de mes plus belles découvertes littéraire de l’année. Si je le pouvais, je le mettrais entre toutes les mains !

4/ La couleur pourpre par Alice Walker

Un roman plus « adulte » cette fois avec La couleur pourpre, publié en 1982, qui met en scène Celie, jeune femme noire vivant en Géorgie dans les années 30. L’histoire de Celie nous est racontée sous la forme de lettres qu’elle écrit pour sa sœur dont elle a été séparée étant enfant.

Alice Walker est une militante américaine engagée contre le racisme, le sexisme et la violence. Elle  livre ici un texte fort qui raconte les conditions de vie des femmes noires de l’époque. Elle n’épargne rien ou presque à ses personnages : mariages forcés, vols de leurs enfants, viols, violences domestiques, prison, alcool… Le tableau ainsi dressé est dur, sans concession et pour autant on ne tombe jamais dans le pathos. Je me suis beaucoup attaché à Celie et aux autres personnages. Heureusement la fin apporte un peu de douceur à tous.

C’est un beau roman, parfois difficile à lire en raison de ce qu’il raconte mais néanmoins nécessaire et qui rappelle à quel point le travail pour les droits humains est nécessaire.

10 coups de cœur littéraire 2016

5/ Le livre de perle de Timothée de Fombelle

On revient à plus de douceur avec un joli conte : Le livre de Perle. Timothée de Fombelle est un auteur que j’apprécie particulièrement pour la tendresse qu’il fait passer à travers ses écrits. Je l’ai découvert avec Tobie Lolness, une fable écologique pour enfants (à recommander aux plus grands également pour ouvrir les yeux sur le traitement infligé à notre belle planète).

J’ai eu envie de lire ce livre de perle grâce Céline, encore. Il se pourrait qu’elle soit à l’origine de quelques-unes de mes plus jolies lectures. Il s’agit d’un conte moderne dont l’action a lieu pour moitié dans un monde féerique et pour l’autre moitié en France pendant la seconde guerre mondiale. Deux histoires s’entrecroisent, Celle d’une fée et d’un prince déchu envoyés et celle d’un un jeune garçon qui se retrouve mêlé bien malgré lui aux aventures des deux premiers.

L’histoire est complexe et la narration également. On ne comprend tous les ressorts de l’intrigue qu’à la toute fin du roman. Au début, on ne saisit pas qui sont les personnages, ce qu’ils veulent, où ils vont… Il faut prendre son temps et accepter de ne pas comprendre tout ce que l’on lit tout de suite. Déguster les lignes et se laisser surprendre. La plume est poétique, comme toujours avec Timothée de Fombelle. Un petit bijou à glisser dans les mains de lecteurs patients et avertis.

6/ Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Journal d’un vampire en pyjama est en fait le carnet de bord de Mathias Malzieu qui retrace un an de sa vie à partir du moment où il apprend qu’il est atteint d’une maladie auto-immune jusqu’à la greffe qui lui sauvera la vie.

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. » sont les mots présents sur la quatrième de couverture. Ils résument bien le livre. Mathias Malzieu se met à nu dans ce récit, nous livre ses émotions sans fausse pudeur. L’écriture est très poétique et même drôle malgré la gravité du sujet. On a beau connaitre la fin, on a peur avec lui. On vit ses angoisses lors de l’attente d’un donneur, son quotidien de malade. C’est un livre très fort émotionnellement et une superbe leçon de vie, que je recommande chaudement.

7/ La quête d’Eliwan, la trilogie par Pierre Bottero

J’ai lu les 3 tomes de La quête d’Eliwan lors de mon hospitalisation au mois d’août et je les ai littéralement dévorés. Ils m’ont rendu ces quelques jours moins pénibles.

Nous sommes plongés dans l’action dès les premières lignes du premier tome. Pas le temps de comprendre où nous sommes et qui est Camille que déjà, il se passe plein de choses. Par la suite, nous sommes entraînés avec Camille, notre héroïne, et Salim, son meilleur ami, dans un nouveau monde nommé Gwendalavir. Evidemment nos deux héros devront aider à sauver ce monde d’un ennemi mortel et Camille devra apprendre à maîtriser le talent qu’elle vient de se découvrir. Une belle fable Fantasy. Les points forts de Pierre Bottero, ce sont ces personnages tout en finesse et la richesse de son univers où chaque détail est pensé. On ne peut que s’attacher à Camille, Salim et les autres et leur souhaiter le meilleur. Gros coup de cœur pour Elana qui arrive en milieu de roman et qui est une fille badass comme je les aime. Je n’ai pas voulu lâcher les livres avant de connaitre le point final de l’aventure, une lecture parfaite en été quand on a le temps pour dévorer plein de livres d’un coup !

8/ L’espace d’un an par Becky Chambers

L’espace d’un an de est un énorme coup de cœur pour moi comme pour Jo. C’est une superbe fable se déroulant à bord d’un vaisseau qui mêle amour, amitié et action tout en délivrant un message de tolérance et d’acceptation de « l’autre » dans toute sa différence. C’est aussi un critique de notre système politique actuel. Jo en a parlé plus en détail ici et je vous laisse lire sa chronique pour en savoir davantage.

9/ Orgueil et préjugés de Jane Austen

Un grand classique. J’avais envie de découvrir l’œuvre de Jane Austen depuis longtemps et je me suis finalement laissé tenter cet automne en commençant par Orgueil et préjugés. Grand bien m’en a pris puisque j’ai adoré suivre les tribulations de la très caustique Elizabeth Bennet et du flegmatique Monsieur Darcy. Si l’histoire d’amour est finalement assez commune, la plume est délicieuse et les personnages complexes. Jane Austen nous montre à travers leur histoire ainsi que celles des sœurs d’Elizabeth que pour les femmes anglaises du 19ème siècle, il n’y a point de salut en dehors du mariage. Elle nous raconte la vie de la bourgeoisie de l’époque, leurs us et coutumes. Elle a un point de vue très critique sur tout cela et certaines scènes sont vraiment très drôles, et désespérantes à la fois car criantes de vérité. Je pense à une scène très cocasse de demande en mariage où Elizabeth essaie de convaincre son prétendant de la sincérité de son refus alors que celui-ci refuse de la croire parce que « quand une femme dit non, elle pense oui ». Ça vous rappelle quelque chose que vous avez déjà entendu ? A lire, si ce n’est pas déjà le cas.

10/ Le voile de Téhéran de Parinoush Sanié

J’ai lu Le voile de Téhéran de Parinoush Sanié dans le cadre du club de lecture organisé par Victoria de Mango & salt. Ce n’est pas un livre vers lequel j’aurai été naturellement parce que je sais que le sujet est difficile et que c’est le genre de livre qui me fait enragé à la lecture. Et effectivement, au bout de 2 chapitres j’étais en colère contre le monde entier ou pas loin.^^ Au troisième « les filles ça ne sert à rien, ce sont justes des bouches à nourrir » j’avais envie d’assommer un certains nombres de protagonistes. Et pourtant… C’est un roman très fort, qui m’a marqué grâce à son héroïne beaucoup plus forte qu’elle n’y parait, prête à tout pour les siens. Elle subira sa vie jusqu’au bout malgré tout, toujours fille de, mère de ou femme de. Jamais vraiment elle-même, jamais libre de ses décisions. La fin du roman, à ce sujet, m’a laissé un arrière-goût amer. Quant à savoir si l’histoire contée est représentative des conditions de vie des femmes en Iran, je ne sais pas.

Le deuxième personnage principal du livre, c’est l’Iran. Cette lecture m’a permis de mieux connaitre ce pays, sa culture et son histoire. A compléter par le visionnage du très bon film Nous trois ou rien de Kheiron et par la bande dessiné Persepolis pour aller plus loin sur ces thématiques.

Et vous, quelles sont vos lectures marquantes de 2016 ? Connaissez-vous déjà certains des livres dont je parle plus haut ?

9 réflexions au sujet de « Mes 10 coups de cœur littéraire de 2016 »

  • 10 janvier 2017 à 19 h 40 min
    Permalink

    On a pas mal de livres en commun pour cette année. 🙂 J’ai également découvert et adoré La passe-miroir. Les personnages, l’univers, l’écriture… tout me plaît. Vivement le tome 3! Pareil pour L’espace d’un an, que j’ai lu en anglais par contre. Directement passé au panthéon de mes livres préférés. Je m’essaierais bien à la suite, mais peut-être pas tout de suite.
    J’avais déjà lu pratiquement l’intégrale de Jane Austen, mais cette année j’ai lu Lady Susan, son roman épistolaire. Du coup, ça change un peu de son style habituel.
    Par contre, je n’ai pas du tout accroché à La quête d’Ewilan, aussi lu cette année. Je trouvais que les dialogues manquaient de spontanéité, et les personnages de crédibilité. J’ai mis ça sur le compte de mon âge avancé qui ne prend peut-être plus de plaisir à lire des romans pour les moins de 12 ans?

    Le livre de perle est dans ma ligne de mire depuis un certain temps.
    Quant à Mathias Malzieu, je ne sais pas trop quoi en penser. Je n’en ai jamais lu qu’un seul, La mécanique du cœur, mais je n’y ai pas trouvé mon compte. Le manque d’homogénéité m’a dérangée, et j’ai un peu peur que ce soit son type de narration qui me gêne au final (le côté Tim Burton recyclé avec sexualité décomplexée).

    Répondre
    • 11 janvier 2017 à 9 h 35 min
      Permalink

      Attends attends attends, il y a une suite à l’espace d’un an? Pour de vrai???

      Sinon, Effectivement parfois j’ai plus de mal avec les livres jeunesse donc je comprend que tu n’ai pas accroché à la quête d’Ewilan. Moi c’est le premier tome des Etoiles de Noss Head que j’ai détesté. Alors qu’on me l’avait offert en me disant « tu verras c’est super génial »^^

      Je n’ai lu que Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu. Comme c’est autobiographique, je suppose que le style est très différent de ces romans habituels. En tous les cas, ça ne m’a pas du tout fait penser à Tim Burton! J’ai trouvé l’écriture poétique surtout. Ca pourrait peut être plus te plaire du coup.

      Répondre
      • 11 janvier 2017 à 19 h 49 min
        Permalink

        Plutôt qu’une suite réelle, c’est un roman standalone qui continue l’histoire de Lovey. Et ça s’appelle A Closed and Common Orbit.
        Et je vais suivre ta recommandation pour Mathias Malzieu. 🙂

        Répondre
        • 12 janvier 2017 à 12 h 16 min
          Permalink

          Je n’arrive pas à trouver une version française du tome 2. Tu sais si elle existe, ou si elle est en cours de traduction ?

          Répondre
          • 12 janvier 2017 à 20 h 47 min
            Permalink

            La VO a été publiée en octobre seulement, donc je ne sais pas combien de temps cela prendra pour qu’un éditeur français la traduise. :/

  • 27 février 2017 à 0 h 01 min
    Permalink

    J’ai beaucoup aimé le Voile de Téhéran aussi. Et comme toi je me suis sentie révoltée du début à la fin. Et même si la fin laisse effectivement un goût amer, je trouve qu’elle est finalement parfaite. Elle est dans la lignée du bouquin en fait, logique.

    J’aime beaucoup Mathias Malzieu, en particulier pour son livre « Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi » ou il invente une histoire autour du deuil de sa mère. Je trouve ses livres assez inégaux et son style peut peut être lasser à la longue mais ça reste plein de délicatesse.

    Le Passe-Miroir m’intéresse de plus en plus !

    Répondre
    • 27 février 2017 à 9 h 17 min
      Permalink

      Coucou,

      Effectivement, la fin du voile de Téhéran est cohérente, mais au combien frustrante. J’aurais voulu autre chose pour elle, qu’elle vive enfin pour elle-même!

      Si tu aimes les romans originaux, je ne peux que te conseiller de te laisser tenter par la passe-miroir. L’univers décrit est fantastique et les personnages sortent de l’ordinaire; ce ne sont pas des clichés sur pattes. 😉

      Belle journée.

      Répondre
  • 6 mars 2017 à 19 h 59 min
    Permalink

    Si tu as aimé Ewilan, je te conseille très très fort la trilogie du Pacte des Marchombres qui raconte l’histoire d’Ellana. Je suis trèèès fan et justement en train de le relire pour la euh… cinquième fois, au moins ! 🙂 Pour moi, ce sont vraiment les meilleurs romans de Pierre Bottero.

    Répondre
    • 7 mars 2017 à 9 h 37 min
      Permalink

      Cette trilogie est dans ma whislist ! J’ai adoré le personne d’Elana dans la quête d’Ewilan. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire